Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

France : Un général au passé antisémite parrain des étudiants de Marion Maréchal

Les étudiants en formation continue ont, de leur côté, choisi pour parrain l'écrivain et aviateur Antoine de Saint-Exupéry

Affaibli et émacié après sa déportation au camp de Mauthausen, Georges Loustaunau-Lacau témoigne au procès de Philippe Pétain en 1945 (domaine public)
Affaibli et émacié après sa déportation au camp de Mauthausen, Georges Loustaunau-Lacau témoigne au procès de Philippe Pétain en 1945 (domaine public)

Les étudiants de l’école de l’ancienne députée FN Marion Maréchal ont pris pour parrain un général héros des deux guerres mondiales mais notoirement antisémite, que l’Ecole militaire de Saint-Cyr avait aussi choisi pour une promotion mais que l’armée avait en novembre décidé de débaptiser.

« La flamme de la Résistance ne pouvant s’éteindre, pour l’honneur de ce général et de tous les résistants de 1940, la première promotion de l’Institut de sciences sociales, économiques, et politiques (Issep) a (…) décidé de reprendre (Georges) Loustaunau-Lacau pour parrain », ont écrit les étudiants en magistère 1 de l’Issep dans une tribune publiée jeudi par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles.

En novembre, l’armée de Terre avait décidé de renommer la promotion 2016-2019 de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr – qui forme ses futurs officiers supérieurs – baptisée jusqu’ici « général Loustaunau-Lacau », héros des deux guerres mondiales mais connu pour être notoirement antisémite.

Georges Loustaunau-Lacau, « Saint-cyrien, héros des deux guerres mondiales, résistant, déporté à Mauthausen et député à l’Assemblée nationale dans les années 1950 », selon l’armée, avait animé en 1938 une maison d’édition nationaliste, La Spirale, qui a publié deux revues dans lesquelles ont paru de nombreux articles anticommunistes, antiallemands et antisémites.

L’officier a lui-même écrit au moins un article en 1938 dans lequel il met en doute la loyauté des Français juifs, explique l’armée de Terre.

La décision de l’armée « jette l’opprobre sur une des plus hautes figures de la Résistance française et la condamne à l’oubli », dénoncent les étudiants de l’école fondée cette année à Lyon par la nièce de Marine Le Pen.

« L’acte d’accusation est une lettre à l’authenticité douteuse, exhumée, paraît-il, des archives de l’armée allemande et dont l’exploitation s’est affranchie de tout contexte », estiment-ils, faisant valoir qu’en 1940 d’anciens militaires « intoxiquaient les Allemands » et que le général avait pris, après la guerre, sa « distance » avec « l’anti-judaïsme » des années 30.

Les étudiants en formation continue ont, de leur côté, choisi pour parrain l’écrivain et aviateur Antoine de Saint-Exupéry.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.