Friedman minimise les statistiques liant suprématisme blanc et antisémitisme
Rechercher
Interview

Friedman minimise les statistiques liant suprématisme blanc et antisémitisme

Lors de la Marche des Vivants, l'ambassadeur américain a indiqué au Times of Israel que c'était une "erreur de s'empêtrer dans des analyses de chiffres d'attaques non quotidiennes

Le survivant de la Shoah Edward Mosberg, 93 ans et l'ambassadeur américain en Israël David Friedman, durant la Marche des Vivants, le 2 mai 2019. (Crédit : Michael Bachner/Times of Israel)
Le survivant de la Shoah Edward Mosberg, 93 ans et l'ambassadeur américain en Israël David Friedman, durant la Marche des Vivants, le 2 mai 2019. (Crédit : Michael Bachner/Times of Israel)

AUSCHWITZ-BIRKENAU — David Friedman, l’ambassadeur américain en Israël, a déclaré jeudi que c’était une « erreur » de se fier à des statistiques pour analyser la récente recrudescence des agressions antisémites violentes aux États-Unis.

S’entretenant avec le Times of Israel au camp de la mort polonais de Birkenau avant la cérémonie de la Marche des Vivants, David Friedman a également évoqué la caricature antisémite parue dans l’édition internationale du New York Times, estimant qu’il ne pardonnerait pas au journal de l’avoir publiée.

Interrogé sur le récent rapport de l’Anti-Defamation League rendu public cette semaine qui a révélé que toutes les attaques « extrémistes » identifiables perpétrées contre des Juifs aux États-Unis en 2018 l’ont été par des suprématistes blancs, il a soulevé la rareté des événements dramatiques comme celui de la fusillade dans la synagogue de Pittsburgh, l’attaque antisémite la plus mortelle sur le sol américain.

« Je la remets en doute »,  a-t-il indiqué au sujet de l’analyse des statistiques de l’ADL. « Je ne me suis pas penché dessus, et je pense que c’est une erreur de s’appuyer sur des statistiques pour décrier une série d’événements qui — Dieu merci —  ne sont pas des faits quotidiens. »

Dans son rapport annuel, l’ONG a noté une baisse de 5 % des incidents antisémites par rapport à 2017, l’année record de la période récente — mais une hausse des attaques violentes.

Des individus identifiés comme d’extrême droite sont à l’origine de 1 328 de ces actes extrêmes – soit environ 44 %. En parallèle, des individus identifiés comme d’extrême-gauche n’ont commis aucun acte en 2018, et quatre ont été perpétrés par  des islamistes, selon les chiffres de l’organisation.

Une menorah est installée à l’extérieur de la synagogue Tree of Life en préparation d’un office au coucher du soleil, pour la première nuit de Hanoukka le dimanche 2 décembre 2018, dans le quartier Squirrel Hill de Pittsburgh. Un homme armé a tiré et tué 11 personnes alors qu’elles priaient le samedi 27 octobre 2018 au temple. (AP Photo/Gene J. Puskar)

« Je pense que ces chiffres peuvent être analysés de plusieurs façons, et je serais prudent lorsqu’il s’agit de rejeter la faute sur un camp ou un autre, la droite ou la gauche. Je condamnerais plutôt les gens malades qui commettent ces crimes », a fait savoir Friedman.

Le rapport de l’ADL, publié en amont de Yom HaShoah, trois jours après une  nouvelle attaque qui a fait un mort et deux blessés samedi dans une synagogue près de San Diego, en Californie.

Interrogé sur un éventuel plan d’action de l’administration Trump pour protéger la communauté juive, l’ambassadeur a répondu : « la sécurité de tous les américains est une priorité pour le président ».

« Même avant l’attaque de Pittsburgh, nous avons condamné l’antisémitisme et réfléchi à des moyens d’éviter ces événements tragiques », a-t-il poursuivi. « Les crimes de haine de toute sorte sont inacceptables, et nous considérons comme très prioritaire de prévoir un plan de lutte, mais nous n’en parlons pas publiquement. »

Le diplomate faisait partie de la première délégation officielle américaine à participer à la Marche des Vivants, une marche commémorative annuelle entre le camp d’Auschwitz et Birkenau.

À titre privé, David Friedman a indiqué que participer à la Marche des Vivants avait été « extrêmement émouvant, extrêmement troublant » et « très douloureux », décrivant une « variété d’émotions » « très difficiles à absorber ». S’exprimant à titre officiel, il a jugé que « c’était le meilleur moyen d’exprimer l’engagement de mon pays et de l’administration de combattre l’antisémitisme sous toutes ses formes ».

Une caricature du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du président américain Donald Trump publiée dans l’édition internationale du « New York Times » du 25 avril 2019, dont le journal a reconnu plus tard qu’elle « reprenait des tropes antisémites ». (Autorisation)

L’ambassadeur a également commenté la caricature publiée la semaine dernière dans l’édition internationale du New York Times, laquelle décrit Netanyahu en chien-guide portant un collier avec une étoile de David et menant un Trump aveugle et coiffé d’une kippa. L’image a été largement dénoncée comme antisémite et déclenché une vague de condamnations.

Le comité de rédaction du New York Times s’est excusé une seconde fois mardi pour avoir publié ce qu’il a reconnu être une caricature politique « épouvantable » et déclaré que ses propres agissements étaient « une preuve du danger profond – pas seulement en ce qui concerne l’antisémitisme mais aussi à son accoutumance ».

Le responsable de la publication du journal a également assuré que des sanctions disciplinaires seraient prises contre la personne ayant autorisé l’utilisation du dessin.

Friedman a déclaré qu’il ne pardonnerait pas le journal pour cette publication.

Des chercheurs israéliens ont rapporté mercredi que les attaques violentes contre les Juifs ont connu une forte hausse en 2018, avec le nombre le plus élevé de meurtres antisémites depuis des décennies, suscitant un « sentiment croissant d’urgence » dans les communautés juives du monde entier. Elles auraient ainsi augmenté de 13 % en 2018 selon les chercheurs de l’université de Tel Aviv.

Ils ont enregistré près de 400 cas dans le monde entier, dont plus d’un quart des attaques les plus graves sont survenus aux États-Unis.

Eric Cortellessa a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...