Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Fusillade criminelle à Yafa an-Naseriyye : 5 morts

Il s'agit de l'un des actes les plus meurtriers de violence criminelle de ces dernières années ; le groupe Abraham Initiatives a réclamé le limogeage du ministre Ben Gvir

La scène d'une fusillade à Yafa an-Naseriyye, le 8 juin 2023. Illustration (Crédit : Magen David Adom)
La scène d'une fusillade à Yafa an-Naseriyye, le 8 juin 2023. Illustration (Crédit : Magen David Adom)

Cinq personnes ont été tuées lors d’une fusillade dans la ville de Yafa an-Naseriyye, dans le nord d’Israël, selon les médis israéliens. Il s’agit de l’un des incidents les plus meurtriers de violence criminelle de ces dernières années.

Les cinq victimes sont : Naeem Marjiyeh, Abu al-Naeem Marjiyeh, Eiliya Marjiyeh, Luai Ragheb et Ibraheem Shehadeh.

Certains médias en hébreu rapportent que la police estime que la fusillade s’est produite dans le cadre d’un conflit entre les organisations criminelles locales Bakri et Hariri, – un conflit qui a maintenant fait 28 morts en moins de deux ans.

L’organisation à but non lucratif Abraham Initiatives, qui recense les crimes violents dans la communauté arabe, déclare que le « massacre » de Yafa an-Naseriyye a porté à 97 le nombre de victimes d’homicides cette année.

« Nous sommes horrifiés par le massacre de cinq personnes en plein jour et souhaitons un prompt rétablissement à l’enfant qui a été blessée aujourd’hui par des tirs d’armes à feu », déclare l’association dans un communiqué.

Plus tôt dans la journée, une fillette de 3 ans a été grièvement blessée et un homme de 30 ans a été gravement blessé à Kafr Kanna, qui, comme Yafa an-Naseriyye, est une banlieue de Nazareth.

L’association a également demandé le limogeage du ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, et exhorte le Premier ministre Benjamin Netanyahu à convoquer immédiatement un groupe ministériel chargé de lutter contre la vague de crimes violents au sein de la communauté arabe.

« Nous en appelons au Premier ministre – il n’y a pas de temps à perdre ! Convoquez la commission ministérielle aujourd’hui et commencez à travailler. Chaque jour où Ben Gvir est ministre de la Sécurité nationale est un jour où davantage de sang s’écoule ».

Netanyahu s’est quant à lui dit « déterminé » à impliquer l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet dans la lutte contre le crime organisé dans la communauté arabe.

« Je suis horrifié par le terrible meurtre près de Nazareth », a-t-il dit dans un communiqué. « Nous sommes déterminés à arrêter cette série de meurtres. Nous le ferons non seulement en renforçant la police [les forces], mais aussi avec l’aide du Shin Bet. Je suis déterminé à impliquer le Shin Bet dans l’aide à la police israélienne contre ces criminels, contre les organisations criminelles.

Le Premier ministre dit avoir tenu des réunions à ce sujet cette semaine avec des responsables de la défense, de la justice et de la police, « et j’ai l’intention de continuer la semaine prochaine et d’obtenir un résultat rapide ».

Le député du Likud Eliyahu Revivo assistant à une réunion d’une commission spéciale à la Knesset, à Jérusalem, le 25 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un député du Likud a menacé jeudi de ne plus voter avec la coalition si le gouvernement ne faisait pas avancer un projet de loi qu’il a présenté pour que l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet soit impliquée dans la lutte contre la criminalité au sein de la communauté arabe.

Le nouveau député Eliyahu Revivo a déclaré qu’il ne se sentirait plus tenu de voter avec la coalition tant que le projet de loi ne serait pas adopté.

« Je suis venu à la Knesset dans le but de rétablir la sécurité des citoyens d’Israël et, pour ce faire, j’ai présenté ce projet de loi, ainsi que plusieurs autres propositions liées à la loi et à l’ordre, afin d’impliquer le Shin Bet dans la lutte contre la grande criminalité. Mais à ma grande tristesse, ce gouvernement ne fait pas avancer les choses malgré tous mes efforts pour parler aux décideurs », a écrit Revivo sur Twitter.

Ben Gvir s’est rendu sur les lieux de la fusillade.

S’adressant aux journalistes, le ministre de la Sécurité nationale a dit qu’il « partage le chagrin » des familles endeuillées et a adressé des vœux de prompt rétablissement aux blessés.

« Il y a un Far West dans la communauté arabe ces dernières années », a dit Ben Gvir, ajoutant que lui et son équipe « travaillent dur » pour s’attaquer aux « problèmes fondamentaux », mais qu’il y a des obstacles.

Il a vanté deux solutions, dont la première consiste à établir une garde nationale sous son ministère, une décision qui a été largement décriée comme donnant à l’homme politique d’extrême droite une « milice privée » sous son contrôle. Une idée qui a été freinée par Netanyahu alors que Ben Gvir assure qu’une telle force est « très importante », tout en exprimant l’espoir qu’elle commencera à agir bientôt.

Sa deuxième solution, plus immédiate, implique que l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet s’attaque aux organisations criminelles. Ben Gvir a réclamé l’adoption d’une résolution du cabinet pour impliquer le Shin Bet dès dimanche prochain. « Avec l’aide de Dieu, nous le ferons », a-t-il dit.

A LIRE : La hausse d’homicides dans le secteur arabe souligne l’apathie du gouvernement

Netanyahu a tenu un briefing téléphonique avec Ben Gvir et le chef de la police israélienne Kobi Shabtaï sur la question, a indiqué le Bureau du Premier ministre.

Netanyahu « a ordonné d’agir immédiatement pour trouver les meurtriers et de prendre des mesures déterminées pour éradiquer l’épidémie de violence et de meurtre dans la société arabe », a précisé le communiqué.

Une grève générale aura lieu vendredi dans la communauté arabe pour protester contre les meurtres à Yafa an-Naseriyye, a annoncé le groupe de coordination du Haut Comité de suivi des citoyens arabes d’Israël.

Le Comité a appelé à la tenue de manifestations dans les villes et villages au cours du week-end. Il soutient les appels au sein du gouvernement à impliquer le Shin Bet dans la lutte contre le crime organisé dans la communauté, qui a fait jusqu’à présent 97 morts cette année.

Le président Isaac Herzog a de son côté qualifié la vague de crimes violents dans la communauté arabe de « terrorisme civil », affirmant que le pays se trouve dans une « situation d’urgence ».

« Le terrorisme civil nuit avant tout à la société arabe, mais il ne s’arrête pas là », a tweeté Herzog. « Comme le terrorisme a tendance à le faire, il n’a pas de frontières. Meurtre après meurtre, femmes et hommes, de tout âge, et aujourd’hui — ce qui ressemble à un massacre à Yafa an-Naseriyye. »

« Nous ne devons pas rester les bras croisés. Des mondes sont détruits, des familles entières sont anéanties. C’est l’un des défis les plus importants auxquels est confronté l’État d’Israël, et nous devons agir de toute urgence contre le terrorisme civil par tous les moyens et en impliquant tous les organismes, » a-t-il conclu.

Ayman Odeh, le chef de l’alliance radicale arabe Hadash-Taal, a fustigé le gouvernement, affirmant que le sang versé ce jeudi lors du « massacre choquant » à Yafa an-Naseriyye est entre les mains de Netanyahu et de Ben Gvir.

Dans un communiqué, Odeh a rappelé que les dirigeants de la communauté arabe « appellent depuis des années à retirer les armes des rues et à réprimer les organisations criminelles », exhortant le gouvernement à « licencier immédiatement » Ben Gvir. « Nous n’accepterons pas cette négligence. Nous ferons grève dans tout le pays jusqu’à ce que cela s’arrête », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.