Gantz : Israël n’a pas provoqué la marée noire qui a pollué ses plages
Rechercher

Gantz : Israël n’a pas provoqué la marée noire qui a pollué ses plages

Le ministre de la Défense dément qu'Israël aurait touché un pétrolier iranien qui aurait déversé du pétrole en Méditerranée, suite à un article du Wall Street Journal

Des morceaux de goudron sur une plage de la réserve naturelle de Gdor près de Michmoret, en Israël, le 1er mars 2021, après la marée noire en mer Méditerranée. (Crédit : AP / Ariel Schalit)
Des morceaux de goudron sur une plage de la réserve naturelle de Gdor près de Michmoret, en Israël, le 1er mars 2021, après la marée noire en mer Méditerranée. (Crédit : AP / Ariel Schalit)

Les rumeurs selon lesquelles Israël pourrait avoir provoqué par inadvertance la marée noire qui a touché ses côtes méditerranéennes le mois dernier, en attaquant un pétrolier iranien qui a mal tourné, sont infondées, a déclaré samedi soir le ministre de la Défense, Benny Gantz.

« Je peux vous dire catégoriquement qu’Israël n’est pas responsable de la marée noire qui a causé des dommages considérables le long de la côte », a déclaré Gantz à Amos Yadlin, l’ancien chef du renseignement militaire de Tsahal et l’actuel chef de l’Institut d’études de sécurité nationale (INSS – Institute for National Security Studies) de l’Université de Tel Aviv, dans une conversation diffusée sur Zoom.

Les rumeurs selon lesquelles Israël aurait involontairement provoqué la marée noire font suite à un article publié jeudi par le Wall Street Journal, qui affirmait qu’Israël avait frappé en mer Rouge et dans d’autres zones au moins 12 navires transportant du pétrole iranien et/ou des armes à destination de la Syrie.

Ce reportage a suscité des spéculations sur les réseaux sociaux quant à la possibilité qu’Israël ait lui-même endommagé le pétrolier qui a ensuite déversé un millier de tonnes de pétrole qui se sont échouées sur les plages israéliennes.

Yadlin a confirmé la réponse de Gantz. « Je peux le confirmer sur la base des recherches que nous avons effectuées à l’Institut : Israël n’a rien à voir avec l’incident », a déclaré Yadlin.

Le ministre de la Défense Benny Gantz (à droite) et Amos Yadlin en conversation, le 13 mars 2021. (Capture d’écran de Zoom)

Un article publié par Haaretz samedi soir a également cité des informations de responsables de la sécurité israélienne rejetant cette idée. « Il n’y a pas eu de tentative de ciblage d’un navire iranien qui a mal tourné », a rapporté Haaretz, « et par conséquent, Israël n’est pas responsable, même par inadvertance, de la pollution de ses plages. »

L’article de Haaretz indique également que les services de sécurité israéliens n’ont trouvé aucune preuve à l’appui de l’allégation de la ministre de la Protection de l’environnement, Gila Gamliel, selon laquelle l’Iran aurait délibérément provoqué la marée noire dans un acte de « terrorisme environnemental ».

Illustration : Une vedette des Gardiens de la révolution iranienne se déplace dans le golfe Persique tandis qu’un pétrolier est vu en arrière-plan, le 2 juillet 2012. (AP Photo/Vahid Salemi, File)

« Les responsables de la sécurité d’Israël n’ont pas connaissance d’une tentative délibérée de l’Iran de polluer les plages d’Israël en déversant du pétrole », indique le rapport.

Il indique que le déversement provient probablement d’un pétrolier transportant du pétrole iranien en violation des sanctions. Gamliel a désigné le navire comme étant l’Emerald, propriété de la Libye. Son ministère a déclaré qu’il transportait du pétrole brut de l’Iran vers la Syrie sous un pavillon panaméen.

Vendredi, un enquêteur iranien a déclaré qu’Israël était le suspect probable derrière une attaque mercredi en Méditerranée qui a endommagé un cargo iranien. Le navire a été légèrement endommagé par un engin explosif, mais personne à bord n’a été blessé, a déclaré Ali Ghiasi, porte-parole de la compagnie maritime publique IRISL, au journal semi-officiel Nournews vendredi.

Selon un article paru jeudi dans le Wall Street Journal, Israël a visé au moins 12 navires à destination de la Syrie, transportant pour la plupart du pétrole iranien, avec des mines et d’autres armes. Les attaques n’ont pas coulé les pétroliers, mais ont forcé au moins deux des navires à retourner au port en Iran, selon le journal. Israël s’est refusé à tout commentaire.

Le Helios Ray, qui reliait l’Arabie saoudite à Singapour, est arrivé au port de Dubaï après avoir été attaqué dans le Golfe d’Oman, le 27 février 2021. (Capture d’écran : MarineTraffic.com)

Israël a déclaré que l’Iran était à l’origine de l’explosion d’un navire appartenant à des Israéliens dans le golfe d’Oman le mois dernier ; l’Iran nie cette accusation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...