Gantz pour une enquête sur les sous-marins, quitte à couler le gouvernement
Rechercher

Gantz pour une enquête sur les sous-marins, quitte à couler le gouvernement

Le cabinet du ministre de la Défense confirme une possible enquête sur le scandale de corruption massive qui a impliqué des associés de Netanyahu, mais pas le Premier ministre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur l'INS Tanin, sous-marin construit par la firme allemande ThyssenKrupp, à son arrivée en Israël, le 23 septembre 2014. (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur l'INS Tanin, sous-marin construit par la firme allemande ThyssenKrupp, à son arrivée en Israël, le 23 septembre 2014. (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)

Le ministre de la Défense Benny Gantz s’apprête à former une commission d’enquête sur l’affaire des sous-marins, a rapporté mercredi la télévision israélienne, dans une démarche qui pourrait attiser les tensions avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et mettre en péril le gouvernement d’union déjà dysfonctionnel.

L’affaire, également connue sous le nom de « Affaire 3000 », porte sur des allégations de corruption massive dans le cadre de l’achat par l’État de navires militaires au constructeur naval allemand ThyssenKrupp, pour un montant de plusieurs milliards de shekels. Le scandale a impliqué plusieurs proches associés de Netanyahu, ainsi que des responsables militaires de haut rang, mais pas le Premier ministre lui-même, malgré les affirmations de l’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon selon lesquelles Netanyahu a mené un effort inapproprié pour acheter les sous-marins à ThyssenKrupp.

Selon la Douzième chaîne, la commission serait créée en vertu du droit militaire, ce qui obligerait tout citoyen convoqué – y compris Netanyahu et ses proches – à comparaître sous peine d’emprisonnement.

La commission se concentrera sur le processus d’acquisition dans l’armée et n’est pas destinée à engager des poursuites pénales, indique le reportage.

La composition de la commission n’a pas encore été décidée, mais la chaîne a déclaré que l’objectif est qu’elle soit dirigée par un ancien juge de la Cour suprême ou de la Cour de district, ainsi que par deux personnes connaissant bien la question des acquisitions dans l’armée et la marine israéliennes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (au centre), le chef d’état-major de Tsahal de l’époque Benny Gantz, (à gauche), et le ministre de la Défense Moshe Yaalon assistent à une cérémonie marquant l’arrivée de l’INS Tanin, un sous-marin de classe Dolphin AIP, sur une base navale dans la ville de Haïfa, au nord du pays, le 23 septembre 2014. (AP Photo/Amir Cohen, Pool)

Le bureau de Gantz a confirmé qu’il envisageait d’ouvrir l’enquête, mais a déclaré qu’aucune décision finale n’avait été prise.

« Comme le ministre de la Défense l’a dit lui-même à plusieurs reprises, l’establishment de la défense a été chargé d’envisager la possibilité de former une commission d’enquête », a déclaré son cabinet.

« Lorsque la délibération sera terminée et qu’une décision aura été prise, nous vous en informerons. »

La création de cette commission ferait probablement tomber le gouvernement d’union entre le parti Likud de Netanyahu et Kakhol lavan de Gantz, qui a prêté serment en mai après trois élections consécutives non concluantes.

Au cours de la campagne, Gantz a demandé la création d’une commission d’État pour enquêter sur l’affaire des sous-marins, mais ces derniers mois, Kakhol lavan s’est abstenu de voter sur plusieurs projets de loi visant à établir une commission d’enquête, qui ont tous été rejetés en raison d’un manque de soutien à la Knesset.

Le ministre de la Défense Benny Gantz en visite à la municipalité de Jérusalem, le 10 novembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Il y a tout juste quatre mois, Gantz a expliqué qu’il n’y avait aucune raison d’enquêter sur l’affaire des sous-marins », a déclaré le parti Likud de Netanyahu en réponse au reportage télévisé. « La réponse : Kakhol lavan s’écrase dans les sondages et cherche un moyen d’obtenir des voix avec des combines sans valeur contre le Premier ministre Netanyahu ».

En plus des questions concernant les sous-marins, qui ont été achetés malgré les interrogations des militaires sur leur nécessité, Israël a également acheté quatre corvettes avancées de classe Saar 6 à ThyssenKrupp dans des circonstances tout aussi peu claires. Bien que la marine israélienne soutienne qu’il y avait un besoin évident de ces navires, qui seront utilisés pour défendre les plateformes d’extraction de gaz naturel du pays, des questions subsistent quant à la décision d’acheter les navires à la firme allemande, au lieu de lancer un appel d’offres à d’autres sociétés.

En octobre, le ministère public a déclaré à la Cour suprême de justice qu’il estime que rien ne justifie l’ouverture d’une enquête criminelle sur Netanyahu à ce sujet.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Netanyahu est jugé pour fraude et abus de confiance dans trois autres affaires, et pour corruption dans l’une d’entre elles. Il nie toute faute et affirme être victime d’une tentative de coup d’État politique impliquant la police, les procureurs, l’opposition de gauche et les médias.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu vu entouré de gardes de sécurité alors qu’il entre dans sa voiture, après une visite surprise non officielle à Givatayim, près de Tel Aviv, le 9 novembre 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Toujours mercredi, la Treizième chaîne a rapporté que Netanyahu et Gantz ont discuté de l’impasse dans laquelle se trouve le budget de l’Etat lors d’une réunion mardi, mais n’ont conclu aucun accord.

Le reportage a été publié alors que les députés de Kakhol lavan – dirigés par Gantz lui-même – ont multiplié les discours indiquant que l’actuel gouvernement d’unité nationale arrive à son terme sur la question du budget et les querelles de cabinet qui entravent la gouvernance.

Si aucun budget n’est adopté avant la fin décembre, le gouvernement sera automatiquement dissous. On pense généralement que Netanyahu bloque le budget afin d’organiser des élections anticipées et d’éviter une passation de pouvoir convenue l’année prochaine en faveur de Gantz dans le cadre de leur accord de coalition.

Netanyahu a exigé un budget annuel, en violation de l’accord, en invoquant l’incertitude causée par la pandémie de coronavirus. Kakhol lavan soupçonne qu’il veut se laisser une chance de faire tomber le gouvernement lors des négociations sur le budget 2021 l’année prochaine.

La date limite initiale pour l’adoption du budget avait été fixée au mois d’août, le budget 2020-2021 n’ayant pas été adopté à cette date, la Knesset aurait dû être dissoute. Mais le Likud et Kakhol lavan ont accepté un compromis de dernière minute qui laissait aux parties jusqu’au 23 décembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...