Rechercher

Gantz salue les liens croissants entre Bahreïn et Israël dans un journal bahreïni

Dans une tribune, le ministre de la Défense note que les protocoles d'accord signés entre les deux parties permettront de défendre "les intérêts communs" et la stabilité régionale

Le Ministre de La Défense Benny Gantz, à droite, et le Ministre Bahreïni des Affaires de Défense Abdullah Bin Hassan Al Nuaimi échangent une poignée de mains après la signature d'un protocole d'accord au Quartier Général de La Défense Bahraini, le 3 février 2022. (Ariel Hermoni/ Ministère de La Défense)
Le Ministre de La Défense Benny Gantz, à droite, et le Ministre Bahreïni des Affaires de Défense Abdullah Bin Hassan Al Nuaimi échangent une poignée de mains après la signature d'un protocole d'accord au Quartier Général de La Défense Bahraini, le 3 février 2022. (Ariel Hermoni/ Ministère de La Défense)

Dans une Opinion qui a été publiée dans un média du Bahreïn, ce week-end, le ministre de la Défense salue les liens croissants unissant Israël et le Bahreïn suite à sa visite effectuée la semaine dernière dans ce royaume du Golfe.

Le texte – intitulé « La Chaussée d’Abraham », un clin d’œil à un ensemble de ponts et de routes qui relient le royaume du Golfe à l’Arabie saoudite – a été publié vendredi dans le journal anglophone Gulf Daily News suite à la visite de Gantz effectuée la semaine dernière.

« Cela a été un honneur de visiter le grand royaume de Bahreïn cette semaine – c’était la toute première visite officielle d’un responsable de l’establishment israélien de la Défense dans ce pays du Golfe. Et même si je n’étais pas arrivé avec un plan d’architecte entre les mains, je suis néanmoins venu avec l’intention de construire un point conceptuel entre Israël et le royaume de Bahreïn – ‘la Chaussée d’Abraham’, » écrit-il.

Gantz salue « la bravoure » des dirigeants du Bahreïn et des Émirats arabes unis qui ont signé les Accords d’Abraham, négociés et soutenus par les États-Unis, qui ont permis à l’État juif de normaliser ses relations avec les deux États, ainsi qu’avec le Soudan et le Maroc.

Ces accords, continue-t-il, « ont redessiné l’espoir au Moyen-Orient. Ce simple document, qui porte les gribouillages mais aussi les espoirs des responsables, a forgé de nouveaux liens entre les populations et il a ouvert la porte à la croissance économique, au tourisme, aux échanges scientifiques et universitaires ».

Depuis ce moment, « Israël et le Bahreïn, deux petits pays au courage immense, ont signé huit protocoles d’accords dans les secteurs des finances, de l’agriculture, de l’aviation et autres domaines civils, qui bénéficieront énormément aux deux nations. Il y a seulement un an, les vols de la Gulf Air à Tel Aviv étaient un rêve – et j’espère aujourd’hui voir ces vols pris d’assaut par les passagers. »

Le ministre de la Défense Benny Gantz rencontre le roi du Bahreïn, Hamad bin Isa Al Khalifa, dans son palais de Manama, le 3 février 2022. (Autorisation/Kingdom of Bahrain)

Gantz note que les relations entre les deux parties « ne sont pas uniquement transactionnelles » et que les nations cherchent à nouer « un lien spirituel et culturel ».

Ce qui a commencé « avec la tradition de tolérance et d’intégration du royaume – une tradition respectée à l’égard de sa petite communauté juive qui est toutefois florissante, et une tradition qui s’étend par ailleurs bien au-delà des frontières du royaume. Avec un exemple puissant qui remonte à la semaine dernière – j’ai été profondément bouleversé d’entendre la cérémonie organisée à l’occasion de la Journée de commémoration de la Shoah et qui a été accueillie par le Centre mondial pour la coexistence pacifique du roi Hamad. En tant que fils de survivants, un tel geste a énormément de force et symbolise le rapprochement de plus en plus important entre nos peuples ».

Pendant sa visite, Gantz a signé un protocole d’accord sur la coopération sécuritaire avec son homologue bahreïni – le deuxième accord de ce type à se conclure entre l’État juif et une nation arabe. La première avait été le Maroc.

Commentant l’accord, Gantz écrit que « de la coopération en matière d’antiterrorisme, de partage de renseignement et d’engagement militaire jusqu’aux groupes de travail professionnels et aux échanges industriels – nos protocoles d’accord nous permettent d’assurer la sécurité de nos nations et de défendre nos intérêts communs tout en cherchant la stabilité régionale de manière plus large ».

« Ces accords approfondissent nos liens et reconnaissent notre vision de la paix, une vision partagée. Et si nous partageons ensemble cette vision avec nos amis ainsi qu’avec notre plus important allié, les États-Unis, ce n’est pas le cas d’autres forces dans la région. C’est dans ce contexte que notre partenariat est aujourd’hui plus vital que jamais », poursuit-il.

Gantz évoque aussi les défis à relever dans la région par Israël et par Bahreïn, écrivant que « notre région devient de plus en plus volatile ».

« Dans tout le Moyen-Orient, des milices organisées, équipées d’armes avancées, financées, mènent des attaques contre des structures civiles et s’en prennent à des vies innocentes. C’est une escalade dangereuse qui met en péril la paix et la sécurité régionales », explique-t-il.

« Tout comme l’État d’Israël se réserve le droit de garantir la sécurité de ses citoyens, de ses biens et de son territoire, nous nous tenons de la même manière aux côtés de nos partenaires et nous soutenons leur droit à défendre leur souveraineté et leur sécurité. C’est à partir de ce positionnement-là que nous pourrons nous mettre en quête de paix – dans le cas d’Israël, il s’agit d’élargir notre collaboration avec nos voisins, d’approfondir les liens avec les pays signataires des Accords d’Abraham, de chercher à conclure de nouveaux partenariats et de tendre nos mains aux Palestiniens ».

Le ministre de la Défense Benny Gantz, à droite, le chef de la marine israélienne David Salama, au centre, s’entretiennent avec le chef de la 5e flotte de la marine américaine, l’amiral Brad Cooper, devant l’USS Cole à Bahreïn le 3 février 2022. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Gantz termine son article en exprimant l’espoir que les liens entre Jérusalem et Manama se révèleront être encore plus fructueux à l’avenir.

« Alors que je me prépare à quitter le royaume et que je suis en train d’admirer ces tours magnifiques qui touchent le ciel et ces beaux paysages, j’imagine la Chaussée. Je vois nos deux nations esquisser leur avenir partagé », écrit-il.

« Le moment est dorénavant venu de travailler ensemble, de nous assurer que nos peuples pourront prospérer dans la paix et la stabilité. Le moment est dorénavant venu de construire la ‘Chaussée d’Abraham’ – un pont de paix, d’amitié et de sécurité entre l’État d’Israël et le royaume du Bahreïn. Et peut-être qu’un jour, dans un avenir pas si lointain, ce pont nous emmènera-t-il vers de nouvelles destinations ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...