Rechercher

Gantz sanctionne des entités impliquées dans le blanchiment d’argent pour le Hamas

Le Hamas gère des investissements de l’ordre de plusieurs centaines de millions de dollars par le biais d’un réseau de sociétés écrans

Le ministre de la Défense Benny Gantz s'exprime lors d'une conférence de la Cyber Week à Tel Aviv, le 29 juin 2022. (Crédit : Ariel Hermoni/Defense Ministry)
Le ministre de la Défense Benny Gantz s'exprime lors d'une conférence de la Cyber Week à Tel Aviv, le 29 juin 2022. (Crédit : Ariel Hermoni/Defense Ministry)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a signé mercredi une ordonnance imposant des sanctions économiques à 20 personnes et organisations accusées de blanchiment d’argent à l’échelle internationale pour le compte du groupe terroriste Hamas.

Selon un communiqué du cabinet de Gantz, le Hamas gère des investissements de l’ordre de plusieurs centaines de millions de dollars par le biais d’un réseau de sociétés écrans « opérant sous le couvert de sociétés légitimes et dissimulant le contrôle du Hamas sur leurs avoirs ».

Ces sociétés sont principalement impliquées dans des projets immobiliers et d’infrastructure au Soudan, en Turquie, aux Émirats arabes unis, en Arabie saoudite et en Algérie », indique le communiqué, ajoutant que les autorités locales et institutions financières ignoraient que le Hamas se trouvait derrière ces entreprises.

Le ministère de la Défense, en collaboration avec le quartier général de la guerre économique contre le terrorisme et le corps de renseignement de l’armée israélienne, a estimé l’ampleur des avoirs du Hamas à des centaines de millions de dollars.

Les sociétés mises à l’index sont notamment Al-Rowad pour Real Estate Development Company Ltd (Soudan), Anda, une société saoudienne d’immobilier et de construction, Sidar Company et Agrogate Holding.

Osama Ali, membre du conseil dirigeant du Hamas et chef des investissements du Hamas depuis 2017. (Crédit : Ministère de la Défense)

Le ministère de la Défense a identifié Osama Ali, un membre du conseil dirigeant du Hamas, précisant qu’il dirigeait le système d’investissement depuis 2017, et qu’il a été désigné comme terroriste avec d’autres responsables du Hamas impliqués dans le système de blanchiment. Le ministère de la Défense a déclaré qu’Ali entretient des contacts directs avec le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, ainsi qu’avec d’autres responsables.

« Il s’agit d’une annonce opérationnelle et internationale importante », a déclaré Gantz.

« Notre intention est claire : nous continuerons à soutenir les fonds destinés aux civils (à Gaza) et contrecarrer toute tentative de transfert de fonds susceptible de renforcer les capacités militaires de l’organisation terroriste du Hamas », a-t-il conclu.

Le ministère de la Défense a noté que la mesure israélienne est dans l’alignement des sanctions imposées par les États-Unis sur les actifs du Hamas en mai, qu’il estime à plus de 500 millions de dollars.

Le département du Trésor américain a nommé et sanctionné des personnes impliquées, selon lui, dans des investissements du Hamas, y compris l’ancien gestionnaire du portefeuille, Ahmed Sharif Abdallah Odeh, en vertu d’un décret de 2001 qui permet de bloquer les avoirs financiers de personnes ou de groupes désignés afin d’endiguer le financement du terrorisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...