Gantz toujours décidé à fermer la Radio de l’armée
Rechercher

Gantz toujours décidé à fermer la Radio de l’armée

Le ministre de la Défense déclare à la Knesset que "les soldats de Tsahal doivent être tenus aussi éloignés que possible de tout engagement politique"

La salle de rédaction de la Radio de l'armée, composée à la fois de soldats conscrits et de civils. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash 90/File)
La salle de rédaction de la Radio de l'armée, composée à la fois de soldats conscrits et de civils. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash 90/File)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a réaffirmé mercredi sa conviction que la Radio de l’armée, Galeï Tsahal, ne devrait pas continuer sous son format actuel.

« Je pense que les soldats de Tsahal doivent être tenus aussi éloignés que possible de toute implication politique et que la station doit être apolitique, ce qui n’est plus le cas depuis longtemps », a déclaré M. Gantz en réponse à une question du député Shas Moshe Abutbul à la Knesset. « Je ne pense pas qu’il soit possible de faire fonctionner la Radio de l’armée dans sa forme actuelle, en grande partie à cause de l’angle politique. »

Au cours de la récente période électorale, a déclaré Gantz, le procureur général a statué que la question ne pouvait être abordée avant la formation d’un nouveau gouvernement.

« J’espère qu’avec la mise en place du nouveau gouvernement, je pourrai revenir pour aborder cette question », a déclaré le ministre de la Défense.

Le député du Shas Moshe Abutbul à la Knesset, le 25 septembre 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Depuis plusieurs années, Tsahal cherche à retirer la Radio de l’Armée de la tutelle de l’armée et du ministère de la Défense.

En janvier, Gantz avait annoncé un plan visant à séparer la Radio de l’armée de Tsahal une fois pour toutes, une mesure attendue depuis longtemps mais qui avait été retardée à plusieurs reprises afin d’éviter la fermeture définitive de la station.

L’exploitation, et le financement, par l’armée de cette station de radio dont les journalistes mènent des enquêtes sur l’armée israélienne elle-même, ainsi que sur les politiciens, ont longtemps été considérés comme anachroniques, coûteux, et éthiquement problématiques.

La décision d’écarter définitivement la Radio de l’armée est intervenue après une nouvelle demande du chef d’état-major de Tsahal l’été dernier.

Le chef d’État-major Aviv Kohavi, à gauche, et le ministre de la Défense Benny Gantz, à droite. (Crédit : Ariel Hermoni/ministre de la Défense)

La Radio de l’Armée – l’une des stations d’information les plus écoutées du pays – mêle jeunes soldats et journalistes expérimentés.

La ligne éditoriale de la station en tant que média a toujours été difficile, car elle fonctionne simultanément, et parfois de manière discordante, comme un organisme d’information indépendant qui émet des critiques sur le gouvernement, et comme une branche de l’armée israélienne dédiée à la couverture des troupes et à la promotion du narratif de l’armée comme champ de consensus national.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...