GB : des écoles juives “illégales” auraient reçu plus de 100 000 £ de fonds publics
Rechercher

GB : des écoles juives “illégales” auraient reçu plus de 100 000 £ de fonds publics

Des écoles ultra-orthodoxes auraient reçu de l’argent alors qu’elles ne fournissent pas d’enseignement laïc à leurs élèves et contreviennent aux lois

La yeshiva Mir à Mea Shearim, à Jérusalem. Illustration. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash 90)
La yeshiva Mir à Mea Shearim, à Jérusalem. Illustration. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash 90)

Sept écoles juives ultra-orthodoxes du Royaume-Uni ont reçu plus de 100 000 livres sterling de financement public alors qu’elles agissent illégalement, a annoncé lundi le quotidien britannique The Independent.

Même si les écoles ne sont pas reconnues par le Département britannique de l’éducation, elles ont candidaté pour obtenir des financements du Big Lottery Fund, chargé de distribuer l’argent récolté par la loterie nationale britannique, en précisant qu’elles étaient des écoles.

Les écoles, qui se sont décrites dans leurs candidatures comme des yeshivas, un séminaire juif, ont reçu 116 750 livres sterling du Big Lottery Fund après leurs demandes.

L’article de The Independent souligne plusieurs problèmes posés par ses écoles ultra-orthodoxes non reconnues, qui n’enseigne quasiment que des sujets religieux en yiddish et en hébreu, ce qui ne permet pas à leurs élèves d’acquérir des compétences en anglais ou dans des domaines comme les mathématiques et les sciences.

Les enseignants de ces écoles n’ont pas d’obligation de se soumettre à la vérification de leurs antécédents, et certains anciens élèves ont déclaré avoir été abusés physiquement et sexuellement, a annoncé The Independent.

De jeunes juifs ultra-orthodoxes dans le quartier londonien de Stamford Hill, le 17 janvier 2015. Illustration. (Crédit : Rob Stothard/Getty Images via JTA)
De jeunes juifs ultra-orthodoxes dans le quartier londonien de Stamford Hill, le 17 janvier 2015. Illustration. (Crédit : Rob Stothard/Getty Images via JTA)

Les écoles ultra-orthodoxes ont demandé des financements pour plusieurs activités extrascolaires, comme des voyages pendant un week-end ou des colonies de vacances en été. De l’argent a également été demandé pour une « bibliothèque casher » et pour des financements destinés à aider les jeunes à risque.

Un rapport du Département britannique de l’éducation a conclu qu’il existait 27 écoles ultra-orthodoxes à Londres, qui comptent plus de 1 000 élèves, avait annoncé l’année dernière The Independent.

Un ancien élève d’une école ultra-orthodoxe non reconnu a décrit à The Independent la vie quotidienne de l’école, affirmant que « vous venez le matin, vous apprenez, vous priez, vous mangez, etc. », avec des cours commençant à 7h00 et durant jusque dans la soirée.

L’élève avait déploré que « les enfants n’ont aucune éducation laïque », car les partisans de ces écoles « pensent que les enfants devraient passer tout leur temps à étudier la Torah. »

Il a également déclaré que les écoles utilisaient des punitions corporelles contre leurs élèves, ce qui l’avait entraîné à souffrir de crises d’angoisse.

Emily Green, présidente de l’association Gesher UE, qui aide les membres de la communauté ultra-orthodoxe à s’intégrer dans la société générale britannique, a déclaré à The Independent que les écoles agissaient pour avoir « le contrôle sur tout ce que font les enfants » en limitant leur exposition au reste de la société.

« Plus ils sont supervisés ou contrôlés, plus ils peuvent les influencer », a-t-elle déclaré.

Un juif ultra-orthodoxe devant la synagogue Ahavas Torah, à Stamford Hill, dans le nord de Londres, le 22 mars 2015. Illustration. (Crédit : Niklas Halle'n/AFP)
Un juif ultra-orthodoxe devant la synagogue Ahavas Torah, à Stamford Hill, dans le nord de Londres, le 22 mars 2015. Illustration. (Crédit : Niklas Halle’n/AFP)

Un porte-parole du Big Lottery Fund a déclaré à The Independent que « toutes les organisations répondent à nos critères d’éligibilité quand elles obtiennent un financement, en raison de leur statut, que ce soit comme œuvre caritative enregistrée, comme entreprise enregistrée, comme école enregistrée ou comme association communautaire. »

« Nous menons plusieurs vérifications concernant la nature du projet et nous nous assurons qu’il soit proportionnel à la mesure du financement. Si des inquiétudes sont soulevées par un projet particulier, nous mettons en place des vérifications et une surveillance supplémentaires », a ajouté le porte-parole du Big Lottery Fund.

Un porte-parole du Département de l’éducation a déclaré à The Independent que « les écoles illégales sont illégales et dangereuses », tout en ajoutant que « là où des enfants sont mis en danger ou ne reçoivent pas une éducation appropriée, les autorités locales et la police ont le pouvoir d’intervenir. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...