Rechercher

GB: Renvoi du professeur qui a qualifié ses étudiants juifs de « pions » d’Israël

Selon l'université de Bristol, les propos de David Miller n'ont pas été "illégaux" mais sa conduite "n'a pas été à la hauteur du comportement attendu de nos personnels"

Le sociologue de l'université de Bristol David Miller dans une vidéo téléchargée le 15 février 2020. (Capture d'écran/YouTube)
Le sociologue de l'université de Bristol David Miller dans une vidéo téléchargée le 15 février 2020. (Capture d'écran/YouTube)

JTA — Un enseignant a été renvoyé vendredi de l’université de Bristol, au Royaume-Uni, en raison de propos tenus, dans le passé, sur les Juifs et sur Israël.

Lors d’un cours qui avait eu lieu au mois de février, David Miller, professeur de sociologie politique, avait qualifié Israël de « régime violent, raciste, étranger, qui se livre au nettoyage ethnique » et il avait évoqué les étudiants juifs qui avaient fait part de leur désapprobation face aux propos tenus en estimant qu’ils étaient « des pions » d’Israël.

Il y a « une question réelle de violence ici – cette question des étudiants juifs sur les campus britanniques qui sont utilisés comme pions politiques par un régime violent, raciste, étranger, qui se livre au nettoyage ethnique », avait déclaré Miller.

Les paroles de Miller avaient entraîné les protestations des étudiants juifs de l’université et elles avaient été condamnées par des membres du Parlement et par les leaders de la communauté juive au Royaume-Uni.

Dans une lettre ouverte publiée au mois de mars, plusieurs centaines d’universitaires – parmi lesquels Noam Chomsky et Judith Butler, théoricienne du genre – avaient fait part de leur soutien au professeur. Une autre tribune qui condamnait l’enseignant avait aussi réuni des centaines de signatures.

Au mois de mars, la police locale avait déclaré ouvrir une enquête pour déterminer si les propos tenus relevaient « d’un crime de haine potentiel » et l’université de Bristol avait fait savoir qu’un examen en interne sur la conduite de Miller était d’ores et déjà en cours.

Les bâtiments de l’université de Bristol à Bristol, en Angleterre. (Crédit : Robert Cutts/Flickr)

Dans un communiqué diffusé vendredi, l’université a indiqué que si les paroles de l’enseignant n’avaient rien « d’illégales », Miller était toutefois renvoyé parce que sa conduite « n’a pas été à la hauteur des exigences de comportement attendues de la part de nos personnels ».

En réponse à la décision, le professeur a estimé que l’enquête avait relevé d’un « processus mal coordonné qui semble avoir été contrôlé par des acteurs extérieurs », selon le journal Guardian.

Il a ajouté que « les ressources d’Israël au Royaume-Uni ont été renforcées par la collaboration apportée par l’université et tout enseignement de l’islamophobie a été neutralisé. L’université de Bristol n’est pas un endroit sûr pour les étudiants musulmans, arabes ou palestiniens ».

Miller a fait savoir qu’il ferait appel de cette décision.

L’organisation qui représente les étudiants juifs au Royaume-Uni, l’Union of Jewish Students, s’est par ailleurs réjouie de la décision prise dans une série de tweets. « Cette annonce vient conclure des mois et des années de campagnes et d’actions incessantes menées par les étudiants pour tenter de se faire entendre par l’université et par les autorités et nous sommes heureux de cette prise ultime de décision », ont-ils écrit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...