Rechercher

GB : Un accord Netflix devrait inclure un film sur l’antisémitisme de Roald Dahl

Le Board of Deputies prévient que l'absence de réponse à la haine juive "virulente" du célèbre écrivain "ne passera pas inaperçue"

L’écrivain Roald Dahl en 1982, lorsque ses commentaires contre les Juifs et Israël ont commencé à se multiplier. (Crédit : domaine public)
L’écrivain Roald Dahl en 1982, lorsque ses commentaires contre les Juifs et Israël ont commencé à se multiplier. (Crédit : domaine public)

Quelques jours après l’annonce de Netflix d’un accord majeur avec la succession de Roald Dahl, le groupe représentant les juifs britanniques, Board of Deputies, a déclaré vendredi que le service de streaming devait également réaliser un documentaire qui traiterait de l’antisémitisme « virulent » de l’auteur.

« L’antisémitisme virulent de Roald Dahl est bien connu et a malheureusement empêché de nombreuses personnes juives (et autres) de profiter pleinement de ses œuvres », a déclaré Marie van der Zyl, présidente du Conseil des délégués.

« Nous ne pensons pas que Netflix doive faire précéder chaque film et série télévisée qu’il adapte des œuvres de Dahl par des avertissements sur son sectarisme. Cependant, nous craignons que, dans le cadre des projets déclarés de Netflix de créer un ‘univers unique’ autour de ses œuvres, un sous-produit de cela puisse être de présenter Dahl – que ce soit à l’écran ou en dehors – comme une sorte de parangon de bonté et de vertu », a déclaré Van der Zyl dans la déclaration.

« Netflix devrait produire un documentaire explorant pleinement l’antisémitisme qui ternit tant l’héritage de Dahl. Un manquement à cette obligation ne passera pas inaperçu », peut-on lire dans la déclaration.

Le géant du streaming vidéo a annoncé mercredi l’acquisition de la société Roald Dahl Story Co, qui gère les droits sur les personnages et les histoires de l’auteur. Aucune condition financière n’a été divulguée.

L’accord permet à Netflix de porter sur les écrans l’ensemble des anciens enregistrements de l’auteur.

Une photo de l’écrivain Roald Dahl, datée en 1954. (Crédit : domaine public)

L’annonce est intervenue quelques mois à peine après que la succession de Dahl a présenté des excuses discrètes pour les positions antisémites « empreintes de préjugés » que le célèbre auteur pour enfants avait régulièrement exprimées, les qualifiant d’ « incompréhensibles ».

« La famille Dahl et la société Roald Dahl Story Company s’excusent profondément pour la blessure durable et compréhensible causée par certaines des déclarations de Roald Dahl », pouvait-on lire dans une brève déclaration figurant sur le site officiel de Roald Dahl, qui n’a pas été communiquée aux médias ni aux groupes juifs.

« Ces remarques pleines de préjugés sont incompréhensibles pour nous et contrastent fortement avec l’homme que nous connaissions et avec les valeurs au cœur des histoires de Roald Dahl, qui ont eu un impact positif sur les jeunes depuis des générations », indique le communiqué.

« S’excuser pour les mots d’un grand-parent très aimé est une chose difficile à faire, mais encore plus difficile lorsque les mots sont si blessants pour toute une communauté, » a déclaré dimanche la famille Dahl au Sunday Times britannique. « Nous avons aimé Roald, mais nous sommes profondément en désaccord avec ses commentaires antisémites », ont-ils ajouté.

Une scène du film « Le BFG » de 2016 (Crédit : Walt Disney Pictures)

Le débat sur l’héritage antisémite de Dahl a touché le grand public hollywoodien en 2016 lors de la sortie de la version de Steven Spielberg du « BFG ». Lors d’une conférence de presse au Festival de Cannes, le réalisateur juif avait déclaré qu’il « n’était au courant d’aucune des histoires personnelles de Roald Dahl » avant de tourner le film.

« J’étais concentré sur l’histoire que [Dahl] a écrite », a déclaré Spielberg, le créateur de « La liste de Schindler » et fondateur de la Fondation pour la Shoah. « Je n’avais aucune idée de ce qui lui a été prétendument attribué, de ce qu’il aurait pu dire », a déclaré Spielberg aux journalistes à Cannes.

(Pour lire un article détaillé sur le racisme de Dahl, lisez l’article de Matt Lebovic de 2016 « L’écrivain Roald Dahl était-il un sectaire invétéré ? »)

Plusieurs occurrences dans lesquelles Dahl se décrit comme antisémite ont été rapportées, y compris une interview de 1990 dans The Independent du Royaume-Uni, quelques mois avant sa mort.

« Je suis certainement anti-israélien et je suis devenu antisémite dans la mesure où vous avez une personne juive dans un autre pays comme l’Angleterre soutenant fortement le sionisme. Je pense qu’ils devraient voir les deux côtés. C’est toujours la même chose : nous connaissons tous les Juifs et le reste », a-t-il déclaré.

Il a également fait de multiples commentaires incluant du racisme anti-juif.

« Il n’y a aucun éditeur non juif nulle part, ils contrôlent les médias – bonne chose à faire – c’est pourquoi le président des États-Unis doit vendre tous ces trucs à Israël », a déclaré Dahl en 1990 en réponse à la guerre du Liban.

Dans une interview avec le magazine New Statesman en 1983, Dahl a déclaré : « Il y a un trait dans le caractère juif qui provoque de l’animosité… Même un minable comme Hitler ne s’en prenait pas à eux sans raison. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...