Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

Gel de l’évacuation d’un avant-poste illégal en Cisjordanie, 2 autres supprimés

Le tribunal de Jérusalem propose de reloger les résidents d’implantations qui avaient installé l'avant-poste de Hamor à la suite de l'attentat terroriste perpétré près d'Eli

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Des matériaux de construction et des caravanes, dans un avant-poste illégal construit près de l'implantation de Maale Levona, en Cisjordanie, le 22 juin 2023, suite à un attentat terroriste mortel dans une station-service toute proche, deux jours plus tô. (Autorisation)
Des matériaux de construction et des caravanes, dans un avant-poste illégal construit près de l'implantation de Maale Levona, en Cisjordanie, le 22 juin 2023, suite à un attentat terroriste mortel dans une station-service toute proche, deux jours plus tô. (Autorisation)

Le tribunal de Jérusalem a gelé jeudi un ordre militaire visant à supprimer un nouvel avant-poste illégal en Cisjordanie, après que les résidents d’implantations activistes qui l’avaient installé la semaine dernière ont fait appel au tribunal pour trouver une solution alternative.

Les forces de sécurité de l’Administration civile sont arrivées à l’avant-poste de Hamor jeudi matin pour faire appliquer l’ordre d’évacuation, mais l’ordonnance du tribunal gelant sa mise en œuvre a été reçue alors que ces forces se préparaient à évacuer et à démolir l’avant-poste. En conséquence, aucune mesure d’exécution n’a été prise.

La semaine dernière, plusieurs familles ont établi le nouvel avant-poste illégal, surnommé le « quartier Hamor », à proximité d’un autre avant-poste illégal appelé Givat Haroeh, qui se trouve près des implantations de Maale Levonah et d’Eli.

Cinq mobile homes ont été amenés sur le site, et de lourds engins de terrassement ont été acheminés pour préparer le terrain en vue de l’installation des maisons et pour construire une route d’accès au nouvel avant-poste.

Le bureau du procureur de l’État a déjà déposé sa réponse au recours, insistant pour que Hamor soit évacué et démoli puisqu’il a été construit sans autorisation ni permis de construire.

Mais le ministre des Finances Bezalel Smotrich, qui est également ministre délégué au ministère de la Défense, a envoyé une lettre urgente à la procureure générale Gali Baharav-Miara jeudi pour lui reprocher sa réponse et lui demander d’ordonner à l’État de se rétracter.

Le chef du parti HaTzionout HaDatit, le député Bezalel Smotrich, au centre, visitant l’avant-poste illégal d’Evyatar en compagnie du directeur du mouvement pro-implantation Nachala, Tzvi Elimelech Sharbaf, et du chef du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, en Cisjordanie, le 27 juin 2021. (Crédit : Sraya Diamant/Flash90)

Le député d’extrême-droite Smotrich a insisté sur le fait que, conformément aux accords et arrangements de la coalition, il est le représentant du gouvernement qui doit être consulté en ce qui concerne la lutte contre les constructions illégales en Cisjordanie, et que le bureau du procureur de l’État aurait donc dû lui demander ses instructions avant de déposer sa réponse.

« Au lieu de cela, dans une embuscade en plein jour, la réponse de l’État a été déposée par le bureau du procureur de l’État sans aucune coordination avec le ministre de la Défense ou le ministre délégué au ministère de la Défense », a fulminé Smotrich dans sa lettre.

L’ordonnance du tribunal de Jérusalem stipule que les requérants doivent payer un dépôt de 50 000 shekels pour que l’injonction temporaire contre l’ordre d’évacuation prenne effet, et qu’ils doivent également préciser au tribunal, avant le 2 juillet, qui habite à Hamor et la date précise à laquelle l’avant-poste a été établi.

Le tribunal a également demandé aux requérants s’il y avait une raison de ne pas transférer les mobile homes sur un autre site qui, contrairement au site actuel, ne se trouve pas dans une zone où la construction résidentielle est interdite.

L’État aura jusqu’au 4 juillet pour répondre aux requérants.

Les pétitionnaires ont affirmé dans leur recours initial que le terrain sur lequel Hamor était situé se trouvait dans les limites de l’avant-poste illégal de Givat Haroeh, qui devait être légalisé par le gouvernement en février dernier, et qu’il ne devait donc pas être démantelé.

En outre, ils ont fait valoir que les structures préfabriquées de l’avant-poste étaient leurs maisons et qu’elles abritaient 11 enfants de moins de cinq ans. Le tribunal devrait donc se prononcer définitivement sur la légalité de l’avant-poste avant que l’ordre d’évacuation ne devienne un « acte accompli », ont fait valoir les requérants.

Des mesures coercitives ont toutefois été prises contre deux autres avant-postes illégaux de Cisjordanie jeudi, l’un près de l’avant-poste agricole de Neve Erez dans le district du Conseil régional de Benjamin et l’autre près de l’avant-poste de Mevoot Jericho.

Le personnel des forces de sécurité se préparant à évacuer un nouvel avant-poste illégal de Cisjordanie établi près de l’avant-poste illégal de Neve Erez, au nord-est de Jérusalem, le 29 juin 2023. (Autorisation)

Selon des résidents d’implantations activistes, Harel Masood, l’une des victimes de l’attentat terroriste palestinien meurtrier près de l’implantation d’Eli la semaine dernière, avait l’intention de s’installer dans l’avant-poste agricole de Neve Erez avant d’être tué. Les activistes ont déclaré que l’avant-poste avait été créé par des amis de Masood et de Nachman Mordoff, une autre des victimes de l’attentat d’Eli, après l’attentat de la semaine dernière.

Des activistes ont déclaré qu’un autre poste agricole illégal situé près du poste illégal de Mevoot Jericho a également été évacué par les forces de police jeudi, bien que l’Administration civile ait déclaré que les résidents de ce poste avaient quitté les lieux de leur plein gré.

« Un gouvernement de terreur et de destruction, celui que Harel [Masood] avait l’intention de combattre de son vivant, est en train de le détruire après sa mort », a déclaré un communiqué de presse publié au nom d’un ami de Masood, Shoval Ben Sasson.

« Comment les mains du gouvernement ne tremblent-elles pas ? », a déclaré Ben Sasson. « Le sang de nos amis que nous avons enterrés de nos propres mains est encore frais, mais le gouvernement israélien envoie ses forces pour anéantir et détruire la ferme qui a été créée en mémoire de ceux qui ont été assassinés. »

Ben Sasson a accusé le gouvernement d’avoir « lamentablement échoué » à assurer la sécurité des citoyens israéliens à la lumière de la vague d’attentats terroristes perpétrés cette année, et a déclaré qu’il « ajoutait l’insulte à l’injure » en évacuant les maisons des implantations.

« On nous avait promis un gouvernement de droite, mais nous avons eu un gouvernement de destruction et de terrorisme », a conclu Ben Sasson.

Selon l’ONG de gauche « La Paix Maintenant », six nouveaux avant-postes illégaux ont été installés à la suite de l’attaque terroriste d’Eli dans la nuit du 21 juin, dont cinq consistaient principalement en un très petit nombre de tentes et de structures temporaires. Dans la nuit de mardi à mercredi, des activistes ont également repeuplé l’avant-poste illégal d’Evyatar, où des préfabriqués sont déjà en place depuis les précédentes tentatives de création d’une implantation sur le site.

Des personnes dans le nouvel avant-poste illégal d’Evyatar en Cisjordanie, le 22 juin 2023. (Crédit : Flash90)

Parmi ces six avant-postes se trouvaient les avant-postes agricoles près de Mevoot Jericho et de Neve Erez, qui ont été supprimés jeudi, ainsi que Hamor, dont le sort est désormais entre les mains du tribunal de Jérusalem. Les trois autres avant-postes étaient installés près des implantations de Tekoa, Neve Tzuf (également connue sous le nom de Halamish) et Emanuel.

Selon La Paix Maintenant, l’avant-poste de Hamor est situé sur les terres des villages palestiniens de Sinjil et Luban a-Sharkia, l’avant-poste établi à l’est de Tekoa se trouve sur les terres du village palestinien de Tuqu, et l’avant-poste établi à l’ouest de Neve Tzuf, constitué d’une seule tente, se trouve sur les terres du village palestinien d’Umm Safa, mais il a peut-être déjà été abandonné ou déplacé.

L’avant-poste de Mevoot Jericho était situé sur les terres de la ville palestinienne de Taybeh, et l’avant-poste à l’est de Neve Erez sur les terres du village palestinien de Mukhmas.

« Violer la loi, détruire la possibilité d’un futur État palestinien, créer de nouveaux points de friction entre résidents d’implantations et Palestiniens et récompenser la violence des résidents d’implantations est devenu la politique officielle de l’État d’Israël en Cisjordanie », a déclaré La Paix Maintenant dans un communiqué jeudi.

« Au-delà des conséquences dévastatrices que ces avant-postes auront, en premier lieu sur les Palestiniens, le gouvernement d’Israël détruit également la possibilité d’une vie de dignité et de paix entre Israéliens et Palestiniens. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.