Grève générale annulée après un accord de dernière minute
Rechercher

Grève générale annulée après un accord de dernière minute

Les employés du secteur public ont réussi à obtenir 7 ,5 % d'augmentation de salaire sur 5 ans, qui sera rétroactive

Le président du syndicat Histadrout, Avi Nissenkorn, (au centre) s'adressant à la Knesset le 30 août 2015 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le président du syndicat Histadrout, Avi Nissenkorn, (au centre) s'adressant à la Knesset le 30 août 2015 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le principal syndicat et le gouvernement israélien sont parvenus tôt mercredi à un accord de dernière minute permettant d’éviter une grève générale.

L’accord conclu entre le ministre israélien des Finances Moshé Kahlon et le dirigeant du syndicat israélien des travailleurs (Histadrout), Avi Nissenkorn, à 1h du matin heure locale – c’est-à-dire trois heures seulement avant le début prévu de la grève – prévoit une augmentation des salaires dans le secteur public de 7,5 % sur les trois ans et demi à venir, a indiqué le ministère dans un communiqué. 

Lors de la réunion au ministère des Finances à Jérusalem, le chef de la Histadrout a accepté d’annuler la grève, qui aurait dû fermer ou sérieusement perturber les écoles, les municipalités et les aéroports du pays, entre autres.

L’accord est « historique » car il réduit l’écart entre les hauts et les bas salaires, a réagi Kahlon.

Selon l’accord, les travailleurs du secteur public recevront une augmentation de salaire de 7,5 % sur cinq ans, avec un effet rétroactif et qui s’appliquera à partir de 2013, a précisé la Deuxième chaîne.

Les travailleurs à bas salaires, cependant, recevront une augmentation de salaire supérieure à 7,5 %. La Histadrout avait précédemment demandé une augmentation de salaire de 11 %, tandis que le ministère des Finances a cherché à maintenir l’augmentation entre 3 à 7 %.

Les augmentations de salaire seront distribuées différemment, avec 50 % de l’augmentation payé en espèces et les 50 % dans une augmentation en pourcentage, a précisé le communiqué publié par le ministère des Finances et la Histadrout.

En outre, les employés du secteur public recevront également une prime de 2 000 shekels en deux versements : 1 000 shekels en janvier 2016, et un autre paiement de 1 000 shekels en janvier 2017.

Ces mesures concerneraient environ un demi million d’employés, a indiqué à l’AFP un porte-parole du Histadrout.

Kahlon et Nissenkorn se rencontreront à nouveau dans 10 jours pour étoffer les détails restants qui n’auraient pas été abordés dans l’accord de dernière minute.

« Les employés aux salaires plus élevés ont montré de la solidarité sociale quand ils ont déclaré explicitement qu’ils étaient prêts à renoncer à leur part au profit des travailleurs à bas salaires », a déclaré Kahlon a déclaré suite à l’accord.

Le dernier accord salarial, qui avait été négocié en novembre 2010, prévoit une augmentation de 6,25 % sur trois ans et demi, plus le versement de 2 000 shekels pour chaque travailleur.

Avant ces entretiens et l’accord qui a suivi, les compagnies aériennes israéliennes El Al et Arkia avaient changé leurs horaires des vols de mercredi, programmant plus de 20 vols avant 6 heures du matin.

Tous les passagers des vols réguliers pour mercredi ont reçu l’instruction des entreprises d’arriver à l’aéroport au moins trois heures avant les nouveaux horaires de vol. Les nouveaux horaires des vols restent en vigueur, en dépit de l’annulation de la grève.

Kahlon a averti lundi que la grève générale coûterait à l’économie d’Israël 600 millions de shekels par jour.

Si un accord n’avait pas été trouvé, une grève générale aurait été observée mercredi à partir de 4H00 du matin par les employés de l’aéroport international Ben-Gurion, du gouvernement, des hôpitaux, des écoles et des transports publics.

Wadie Abou Nassar, le porte-parole des groupes chrétiens en Terre Sainte, avait exhorté mardi les syndicats à épargner l’aéroport afin de ne pas perturber l’arrivée des milliers de pèlerins chrétiens en Terre sainte pour Noël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...