Guet : Six ans après sa fuite, un mari récalcitrant arrêté à Tel Aviv
Rechercher

Guet : Six ans après sa fuite, un mari récalcitrant arrêté à Tel Aviv

Ronen Vital a été retrouvé dans sa voiture ; il refuse toujours d'accorder le divorce religieux après 13 ans, mais les défenseurs de la cause sont optimistes

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Ronen Vital (Crédit : tribunaux israéliens)
Ronen Vital (Crédit : tribunaux israéliens)

Un Israélien qui a disparu il y a près de sept ans après avoir refusé de donner à sa femme un acte de divorce religieux, appelé guet, a été retrouvé assis dans sa voiture dans le sud de Tel Aviv et a été arrêté, ont déclaré mercredi les avocats représentant la femme.

On ignorait où se trouvait Ronen Vital depuis qu’il était sorti d’un tribunal rabbinique en 2015 et qu’il avait disparu. Il a refusé de divorcer de sa femme, Orly, pendant 13 ans, la laissant dans un flou juridique.

Il y a six semaines, l’organisation d’aide juridique Yad La’isha a reçu une information sur Vital, selon sa directrice, Pnina Omer. Des enquêteurs privés ont suivi la piste au cours du dernier mois et demi au nom de l’organisation, ce qui a abouti à son arrestation la semaine dernière, a déclaré Omer au Times of Israël.

Vital a été repéré dans sa voiture. Il portait une casquette pour éviter d’être reconnu, a-t-elle dit.

Yad L’Isha a alerté la police, qui est rapidement arrivée sur les lieux et l’a arrêté.

« Au début, il ne voulait pas décliner son identité, mais ensuite il a admis que c’était lui », a-t-elle déclaré.

Un homme, s’identifiant comme étant Ronen Vital, en état d’arrestation à Tel Aviv le 1er septembre 2021. (Crédit : Cabinet S. Caspi )

Vital continue de refuser d’accord le divorce à sa femme depuis son arrestation la semaine dernière, a déclaré Omer. Amené devant le tribunal rabbinique, il a fait « toutes sortes de demandes financières absurdes », a-t-elle dit.

Malgré les antécédents de Vital, Omer dit qu’elle est confiante qu’il finira par céder.

« Nous n’allons pas céder. Orly est patiente, elle attendra qu’on lui donne, il lui donnera et jusqu’à ce qu’il le fasse, il restera en état d’arrestation. Nous attendons ce moment », a-t-elle déclaré.

Dans une déclaration, Orly Vital s’est dite stupéfaite de découvrir que son ex-mari vivait « sous notre nez » depuis des années.

« C’est incroyable de penser qu’il a littéralement vécu sous notre nez pendant toutes ces années, à moins d’une heure de chez nous. J’espère seulement qu’il reviendra à la raison et mettra fin à ce chapitre douloureux, pour le bien de tout le monde, y compris de lui-même », a-t-elle déclaré.

En Israël, où le mariage et le divorce sont exclusivement supervisés par l’autorité religieuse de l’État, le grand rabbinat, les divorces sont effectués conformément à la loi juive, ce qui signifie que l’homme doit donner un guet, ou acte de divorce, et la femme doit l’accepter. S’il refuse, esquive les autorités ou est dans l’incapacité de le délivrer, la femme reste « enchaînée » au mariage aux yeux des autorités religieuses et, par extension, de l’État.

Dans de nombreux cas, le guet est retenu par un mari récalcitrant et conditionné à d’importantes sommes d’argent, à l’abandon de droits à pension alimentaire, de biens, etc. dans ce qui, selon les défenseurs, équivaut à une extorsion et à une forme d’abus.

Les tribunaux rabbiniques israéliens sont habilités à appliquer des sanctions très sévères à l’encontre des maris jugés récalcitrants, y compris l’interdiction de quitter le pays, le licenciement ou l’arrestation, bien que ces mesures ne soient que rarement prises.

Orly Vital a été officiellement déclaré mari récalcitrant après avoir fui le tribunal rabbinique, six ans après le début de la procédure de divorce, selon Orly Vital.

Orly Vital (Irit Amit/Autorisation)

S’adressant au Times of Israël l’année dernière, Mme Vital avait indiqué qu’elle pensait qu’il avait pu s’enfuir à l’étranger.

« Ils ne savent pas où il se trouve. Il s’est enfui, a débranché son téléphone. Sa famille a très tôt signalé qu’il était à l’étranger, mais une ordonnance lui interdit de quitter le pays, donc s’il est parti, il est parti illégalement, avec un passeport falsifié et il n’y a aucun moyen de le vérifier », avait-elle déclaré à l’époque.

Selon Mme Vital, âgée de 42 ans et mère de quatre enfants, le mariage s’est détérioré après plusieurs années et a été marqué par un différend financier amer entre leurs familles respectives. Lorsqu’elle a demandé le divorce, elle a très vite compris qu’il ne céderait pas facilement.

Il me chuchotait à l’oreille : « Tu n’auras jamais rien tant que tu ne donneras pas d’argent à ma mère », raconte-t-elle. « Il me murmurait à l’oreille parce qu’il avait peur que je l’enregistre, car il m’enregistrait toujours. »

Vital a souligné lors d’un rassemblement de femmes l’année dernière qu’elle avait avancé dans sa vie, du mieux qu’elle pouvait.

« Une sorte de revanche que j’ai prise sur lui, c’est que j’ai poursuivi ma vie, que j’ai avancé, que j’ai continué à travailler, que je suis heureuse. Il n’a pas pu m’enlever mon bonheur, même s’il ne m’a pas permis de poursuivre ma vie, de me marier, d’avoir une relation de couple et d’avoir des enfants », a-t-elle déclaré. « C’est ma vengeance personnelle. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...