Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Guterres demande à Israël d’autoriser la presse étrangère à entrer dans Gaza

Estimant que la situation permet aux "faux récits" de proliférer, le chef de l'ONU affirme qu'une "guerre de l'information" aggrave l'impact de la guerre entre Israël et le Hamas

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres lors d'une conférence de presse avec le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri, au siège du ministère des Affaires étrangères, dans la Nouvelle capitale administrative égyptienne, le 24 mars 2024. (Crédit : Amr Nabil/AP)
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres lors d'une conférence de presse avec le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri, au siège du ministère des Affaires étrangères, dans la Nouvelle capitale administrative égyptienne, le 24 mars 2024. (Crédit : Amr Nabil/AP)

Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé lundi Israël à autoriser les journalistes étrangers à entrer dans la bande de Gaza, affirmant qu’une « guerre de l’information » aggravait l’impact de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Refuser aux journalistes internationaux l’accès à la bande de Gaza, c’est permettre à la désinformation et aux faux récits de prospérer », a-t-il écrit sur X.

Sa déclaration a coïncidé avec celle de l’Association de la presse internationale (FPA), qui aide les reporters étrangers à couvrir les événements en Israël, à Gaza et en Cisjordanie, dans laquelle elle demande à Israël d’autoriser la presse étrangère à retourner dans l’enclave palestinienne.

« L’interdiction faite à la presse indépendante d’accéder à une zone de guerre pendant une période aussi longue est sans précédent pour Israël », peut-on lire dans la déclaration. « Cela soulève des questions sur ce qu’Israël ne veut pas que les journalistes internationaux voient. »

« La décision d’être ou non sur le terrain à Gaza devrait revenir à chaque média international », a ajouté la FPA. « L’interdiction générale a limité la capacité du monde à témoigner du coût réel de la guerre pour toutes les parties. »

En janvier, la Haute Cour a décidé qu’Israël pouvait continuer à interdire aux journalistes étrangers l’accès à la bande de Gaza, invoquant des problèmes de sécurité persistants après des mois au cours desquels seuls des habitants de Gaza ou des correspondants accompagnés par l’armée ont pu faire des reportages dans l’enclave.

Dans leur décision, les juges de la Haute Cour Ruth Ronen, Khaled Kabub et Daphne Barak-Erez ont accepté la position du ministère de la Défense selon laquelle les visites sous escorte constituaient une mesure appropriée de la liberté de la presse, compte tenu des « préoccupations extrêmes en matière de sécurité à l’heure actuelle et des menaces concrètes pour la sécurité qui vont de pair avec l’approbation des permis d’entrée pour les journalistes indépendants ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.