Haley fustige Mladenov qui avait appelé Israël et Gaza à la « retenue »
Rechercher

Haley fustige Mladenov qui avait appelé Israël et Gaza à la « retenue »

L'ambassadrice américaine a déclaré au Conseil de sécurité que seul le Hamas doit être condamné après la flambée de violences qui a ravagé le sud d'Israël

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Nikki Haley à l'Assemblée générale, le 21 décembre 2017 (Crédit : capture d'écran ONU)
Nikki Haley à l'Assemblée générale, le 21 décembre 2017 (Crédit : capture d'écran ONU)

WASHINGTON, DC — Lors d’une réunion du Conseil de sécurité lundi, l’ambassadrice américaine Nikki Haley a réprimandé l’envoyé spécial des Nations unies au Moyen Orient après qu’il a appelé Israël et les Palestiniens à faire preuve de retenue suite à la flambée de violences à la frontière de Gaza la semaine dernière.

Haley a également fustigé les pays-membres qui, a-t-elle estimé, se sont focalisés de manière disproportionnée contre Israël, alors que des acteurs malveillants comme le régime iranien ne reçoivent pas autant d’attention.

Après que Nickolay Mladenov, le coordinateur spécial de l’ONU pour la paix au Moyent Orien a appelé les deux parties à faire preuve « d’un maximum de retenue », Haley l’a accusé d’être « à côté de la plaque ».

« C’est un fait », a-t-elle dit. « Il n’y a qu’un côté qui attaque de façon indiscriminée. Le côté qui cible des civils. Le côté qui terrorise pour parvenir à ses fins. »

« Oui, Israël a mené des frappes aériennes sur des postes militaires, des dépôts d’armes et des postes de renseignement à Gaza. Mais c’était une riposte aux 400 roquettes et obus de mortiers, qui ont été lancés de façon indiscriminée depuis Gaza vers Israël. Des quartiers [résidentiels] ont été ciblés. Un bus a été touché par un missile anti-char. Des familles ont été contraintes de se nicher dans des abris blindés pour échapper à la salve de tirs. »

Des Israéliens inspectent les dégâts dans un appartement frappé par une roquette tirée de la bande de Gaza à Ashkelon, dans le sud d’Israël, le 12 novembre 2018 (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

Ces propos ont été tenus quelques jours après la plus intense flambée de violence entre Israël et Gaza, qui a été déclenchée par une opération d’infiltration israélienne à Gaza qui a mal tourné. Un officier israélien a été tué, ainsi que sept terroristes palestiniens.

Durant les jours qui ont suivi, le Hamas et les autres groupes terroristes à Gaza ont tiré près de 470 roquettes sur Israël, qui a riposté en menant des frappes aériennes sur 150 positions à Gaza avant que les deux parties ne conviennent d’un cessez-le-feu négocié par l’Egypte, avec l’aide de Mladenov.

Nickolay Maldenov s’adresse au Conseil de sécurité de l’ONU en vidéo. (Crédit : UN/Rick Bajornas)

Mladenov, qui a pris la parole avant Haley, avait qualifié le cessez-le-feu de « retour précaire au calme ».

« Je reste très préoccupé par l’usage constant de tirs à balle réelles par Israël contre les manifestants. J’en appelle aux autorités à faire preuve d’un maximum de retenue quant à l’usage de la force létale, sauf en dernier recours. J’appelle également le Hamas et les autres militants [terroristes] palestiniens à mettre fin aux tirs indiscriminés de roquettes contre le sud d’Israël et à mettre fin à la violence à la frontière, notamment aux tentatives d’y faire des brèches », a déclaré Mladenov.

Mladenov a ajouté que la dégradation de la situation humanitaire dans l’enclave côtière augmentait le risque de violence et que l’expansion des implantations israéliennes en Cisjordanie ne laissait que peu de chance à la création d’un État palestinien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...