Hamas et Fatah accusent Israël de vouloir faire échouer leur réconciliation
Rechercher

Hamas et Fatah accusent Israël de vouloir faire échouer leur réconciliation

Un cadre du Fatah affirme que l’accord d’unité sera appliqué dans la bande de Gaza malgré la destruction d'un tunnel terroriste par Israël

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Saleh al-Arouri, à gauche, représentant du Hamas, et Azzam al-Ahmad, représentant du Fatah, après la signature d'un accord de réconciliation au Caire, le 12 octobre 2017. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)
Saleh al-Arouri, à gauche, représentant du Hamas, et Azzam al-Ahmad, représentant du Fatah, après la signature d'un accord de réconciliation au Caire, le 12 octobre 2017. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

Les factions palestiniennes du Hamas et du Fatah ont accusé lundi Israël de tenter de faire échouer la réconciliation en cours entre elles après la destruction, par l’armée israélienne, d’un tunnel gazaoui entrant en territoire israélien, où il y a eu au moins sept morts.

Dans un communiqué, le groupe terroriste palestinien du Hamas a déclaré que la mesure israélienne était « une tentative désespérée de saboter les efforts de restauration de l’unité palestinienne et de maintenir l’état de division. »

Fayez Abu Eita, porte-parole du Fatah et vice-président du Conseil révolutionnaire du parti, a lui aussi affirmé que l’opération de l’armée israélienne était une tentative de perturber les négociations d’unité.

« Ce crime intervient dans un contexte de [confusion semée] et de tensions créées afin de faire échouer la réconciliation nationale palestinienne », a-t-il dit, dans un communiqué publié par le média officiel de l’Autorité palestinienne, Wafa.

Abu Eita a ajouté que malgré cet incident, les Palestiniens poursuivraient le plan d’unité.

« Celui qui est le plus blessé par la réconciliation nationale palestinienne est l’occupation. La mise en place de l’accord de réconciliation est la réponse optimale à ce crime », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...