Hamas : Laissez Liberman s’approcher de Gaza
Rechercher

Hamas : Laissez Liberman s’approcher de Gaza

Pour attaquer Yaalon, un chef politique de l’organisation terroriste dit que les ministres israéliens de la Défense ont l’habitude de se retirer “après chaque guerre”

Mahmoud Al-Zahar, cofondateur du Hamas, à Gaza, en février 2010. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Mahmoud Al-Zahar, cofondateur du Hamas, à Gaza, en février 2010. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Le haut fonctionnaire du groupe terroriste palestinien du Hamas, Mahmoud al-Zahar, a répondu vendredi par la provocation à la nomination probable du président du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, comme nouveau ministre de la Défense, disant que « si Liberman est un homme, laissez le s’approcher de Gaza ».

Un autre tenant de la ligne dure de l’organisation terroriste, qui dirige Gaza depuis le coup de 2007 qui a entièrement évincé le Fatah, parti rival, de l’enclave côtière, s’est moqué du remaniement ministériel israélien en attaquant le ministre sortant, Moshe Yaalon.

« Nous avons l’habitude qu’après chaque guerre, les ministres israéliens de la Défense démissionnent et se retirent de la vie politique », a déclaré Fathi Hamad, a annoncé vendredi le site d’informations Ynet.

Israël a combattu à plusieurs reprises le groupe terroriste à Gaza ces huit dernières années. La confrontation la plus récente a eu lieu à l’été 2014, quand l’armée israélienne était contrôlée par Yaalon.

En tant que ministre de la Défense, Liberman contrôlerait l’armée israélienne et l’administration civile en Cisjordanie. Cette nomination fait partie d’un accord pour faire entrer le parti Yisrael Beytenu dans la coalition du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

L’Autorité palestinienne a également dénoncé jeudi la nomination de Liberman, disant que cela montrait que l’Etat juif n’était pas un partenaire pour la paix.

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook officielle, le ministère palestinien des Affaires étrangères a déclaré que la nomination « confirme à nouveau le manque de partenaire pour la paix en Israël », disant qu’il s’agissait de la réponse de Netanyahu aux récents efforts internationaux pour relancer le processus de paix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...