Rechercher

Haouaria Hadj-Chikh « n’aurait pas dû être » investie sur la liste En Marche de Marseille

Proche de Jean-Noël Guérini et du parti des Indigènes de la République, la candidate s'est vue retirer l'investiture, vendredi soir dernier, par l'antenne marseillaise du parti

Haouaria Hadj Chikh, ex-guériniste et proche du PIR a été retirée de l'investiture de la République en Marche ! à Marseille (Crédit: capture d'écran Youtube/LCM)
Haouaria Hadj Chikh, ex-guériniste et proche du PIR a été retirée de l'investiture de la République en Marche ! à Marseille (Crédit: capture d'écran Youtube/LCM)

Au bureau En Marche! de Marseille, les responsables ont connu quelques sueurs froides. Alors que la campagne des législatives va bientôt commencer (le 22 mai), le passé d’Haouaria Hadj-Chikh, exploré par les réseaux sociaux, leur a réservé une surprise de poids.

Les engagements passés de Hadj-Chick, investie pour la 7e circonscription de Marseille, ont donc poussé les membres du bureau marseillais de la République en Marche! à retirer son nom de la liste vendredi soir dernier.

« Elle n’aurait pas dû y être, » ont-ils expliqué à France3-régions.

« Cette ex-conseillère métropolitaine du Front de Gauche et candidate avec Pape Diouf aux municipales en 2014, aurait perdu sa place à cause de son passé guériniste », explique la rédaction locale de la chaîne nationale.

« Haouaria Hadj-Chikh a été élue conseillère départementale sur les listes soutenues par Jean-Noël Guérini aux dernières départementales. A En Marche! on tente de justifier son éviction Il y a une notion de renouvellement, il faut rester loin de tout guérinisme ».

Jean-Noël Guérini a été contraint de quitter ses fonctions de président de la Fédération socialiste des Bouches du Rhône en 2011. Quelques semaines plus tard, il était mis en examen pour « prise illégale d’intérêts », « trafic d’influence » et « association de malfaiteurs ».

Pour d’autres, c’est l’apparition d’Haouaria Hadj-Chik à une marche de la dignité organisée par le sulfureux parti des Indigènes de la République (PIR) qui lui aurait coûté son siège.

Quoiqu’il en soit, la candidate assure qu’elle ira « jusqu’au bout » et ne se retirera pas de la course à la députation. Sous quelle étiquette ? Mystère.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...