Harcèlement sexuel : Un Israélien extradé vers les États-Unis
Rechercher

Harcèlement sexuel : Un Israélien extradé vers les États-Unis

L'homme aurait obtenu des images pornographiques d'adolescentes et aurait menacé de les publier si les victimes ne participaient pas à des séances vidéo privées

Un homme menotté. Illustration. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Un homme menotté. Illustration. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Un citoyen israélien aurait été arrêté jeudi en prévision de son extradition aux États-Unis pour répondre à des délits d’infractions sexuelles et au délit d’extorsion sur des jeunes filles.

L’homme, dont l’identité n’a pas été révélée, a été arrêté par la police de Jérusalem et une équipe d’Interpol avec l’autorisation de la ministre de la Justice Ayelet Shaked, a annoncé le site d’information Ynet.

L’homme est accusé d’avoir été sur des sites vidéo mettant en scène des filles âgées de 12 à 17 ans et d’avoir enregistré les films où les adolescentes étaient en train d’effectuer des actes sexuels, entre juin 2010 et juillet 2011.

Par la suite, il aurait prétendument trouvé les filles sur les réseaux sociaux et aurait menacé de rendre les images publiques si elles ne réalisaient pas de séances vidéo privées pour lui. Pendant ces séances, il les a forcés à se déshabiller et à se soumettre à des actes sexuels.

Si les filles refusaient d’accepter ses demandes, il mettait ses menaces à exécution et publiait les vidéos d’elles.

En octobre 2011, une jeune fille de 17 ans a porté plainte auprès de la police contre l’homme pour extorsion de fonds.

L’article ne précise pas si l’homme était aux États-Unis ou en Israël lorsqu’il aurait perpétré ses crimes.

Une demande officielle d’extradition devrait être déposée vendredi, accompagnée d’une demande de placement en garde à vue jusqu’à la fin de la procédure. Il serait inculpé pour délits de production et de diffusion de pornographie infantile, de coercition, de sollicitation d’un mineur pour des actes sexuels et d’extorsion.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...