Rechercher

Hausse des cas de COVID : Gafni traite Bennett de « meurtrier »

Le législateur ultra-orthodoxe s'est ensuite rétracté mais a insisté sur le fait que Bennett était "coupable" des décès dus au coronavirus

Le président de la Commission des Finances  Moshe Gafni (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le président de la Commission des Finances Moshe Gafni (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Moshe Gafni, leader du parti Yahadout HaTorah, a qualifié le Premier ministre Naftali Bennett de « meurtrier » après les dernières morts d’Israéliens en raison du coronavirus.

Bien qu’il ait accepté de retirer immédiatement sa remarque, il a insisté sur le fait que Bennett était directement responsable de ces décès.

S’exprimant lors d’une session nocturne mardi à la Knesset pour voter sur la réforme du système des tribunaux rabbiniques, l’ultra-orthodoxe Gafni a attaqué la coalition dirigée par Bennett, la tenant pour responsable d’une augmentation des cas de COVID-19 qui a commencé à peu près au moment où le nouveau gouvernement a été installé.

« Ceux qui meurent maintenant du coronavirus – c’est à cause de Naftali Bennett », a déclaré Gafni. « Il est leur meurtrier, c’est lui qui provoque la mort des gens. »

Le vice-président de la Knesset, le député Ahmad Tibi (Liste arabe unie), a demandé à Gafni de retirer sa remarque, ce qu’il a fait, affirmant à la place que Bennett « est coupable de ceux qui meurent actuellement du coronavirus ».

« Je ne dirai pas assassin, vous avez dit de ne pas le dire », a dit Gafni en s’adressant à Tibi. « Mais c’est mon intention. »

Affirmant que, sous le gouvernement précédent, dont son parti était membre, les cas de COVID-19 étaient tombés à « presque zéro », alors que les derniers chiffres du ministère de la Santé montrent qu’il y avait plus de 2 000 nouveaux cas diagnostiqués lundi, Gafni a déclaré que Bennett n’a « aucune aide d’en haut », une apparente plaisanterie sur les croyances religieuses orthodoxes modernes de Bennett.

Lors des précédentes vagues de COVID-19, au cours de l’année et demie écoulée, la communauté ultra-orthodoxe a connu des taux d’infection supérieurs à la moyenne, ce qui a été imputé par certains à la réticence de la communauté à obéir aux ordres sanitaires concernant la distanciation sociale et l’interdiction des rassemblements publics.

Le projet de loi sur la réforme des tribunaux rabbiniques a été adopté par 59 voix contre 54. Il élargit le panel qui choisit les juges rabbiniques pour inclure plus de représentants du gouvernement et plus de femmes.

Les remarques de Gafni sur Bennett sont intervenues un jour après que Tibi a ordonné l’expulsion du député d’extrême droite Itamar Ben Gvir de la plénière de la Knesset parce qu’il avait traité le vice-président de la Chambre de « terroriste » et avait refusé de retirer cette accusation.

Les responsables de la santé ont établi un lien entre le récent pic d’infections en Israël et les voyageurs qui ont ramené de l’étranger de nouveaux variants du virus et qui n’ont pas été correctement mis en quarantaine après leur arrivée.

Selon le ministère de la santé, 2 124 nouveaux cas ont été diagnostiqués lundi.

Les chiffres publiés mercredi montrent que le nombre de cas de virus actifs s’élève à 14 365, dont 153 personnes dans un état grave.

Le nombre de patients du COVID dans un état grave a doublé au cours des dix derniers jours, mais il ne représente qu’une fraction du pic observé lors de la troisième vague, en janvier, avec plus de 1 200 cas graves. Pendant la deuxième vague, à l’automne, les cas graves avaient atteint un pic de 850 en octobre.

Depuis le début de la pandémie, 865 877 personnes ont été diagnostiquées positives à la COVID-19 en Israël, et il y a eu 6 460 décès. Aucun autre décès n’a été enregistré lundi, selon les chiffres du ministère.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...