Rechercher

Hijab : l’Iran renforce « considérablement » la répression contre les femmes – Amnesty

Après la mort de Mahsa Amini, certains hommes politiques iraniens avaient pourtant suggéré d'assouplir les règles et de dissoudre la police des mœurs

Des femmes posant avec des "badirs" (attrape-vent en farsi) qui ponctuent l'horizon derrière elles, sur le toit d'un bâtiment dans la ville centrale de Yazd, en Iran, le 3 juillet 2023. (Crédit : Atta Kenare/AFP)
Des femmes posant avec des "badirs" (attrape-vent en farsi) qui ponctuent l'horizon derrière elles, sur le toit d'un bâtiment dans la ville centrale de Yazd, en Iran, le 3 juillet 2023. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

Les autorités iraniennes ont « considérablement » accentué ces derniers mois la répression contre les femmes accusées de ne pas porter le voile, a dénoncé Amnesty International mercredi.

L’Iran a été secoué pendant des mois par des manifestations sans précédent déclenchées par le décès en septembre 2022 de la jeune Iranienne d’origine kurde Mahsa Amini, arrêtée par la police des mœurs pour avoir prétendument enfreint les règles vestimentaires très strictes imposées par la république islamique.

Après ces manifestations, certains hommes politiques iraniens avaient avancé l’idée d’un assouplissement de ces règles et l’hypothèse – jamais confirmée – d’une dissolution de la police des mœurs.

Cependant, depuis le mois d’avril et alors que l’intensité des manifestations a diminué, les autorités iraniennes ont lancé une nouvelle campagne de répression contre les tenues vestimentaires des femmes, dénonce Amnesty.

« Les autorités en Iran intensifient considérablement la répression des femmes et des filles iraniennes qui défient la législation dégradante imposant le port du voile », affirme Amnesty dans un rapport.

Depuis la révolution islamique de 1979, les femmes doivent obligatoirement se couvrir la tête et le corps jusqu’au-dessous du genou. Mais depuis les manifestations, en signe de protestation, nombre d’entre elles enfreignent ces règles et accomplissent tête nue des tâches quotidiennes.

Mi-juillet, la police iranienne a annoncé rétablir les patrouilles en voiture et à pied pour imposer le port obligatoire du voile dans tout le pays. Les femmes qui enfreignent ces règles s’exposent à des sanctions sévères.

Selon Amnesty, qui cite des chiffres attribués au porte-parole de la police iranienne : entre le 15 avril et le 14 juin, « près d’un million de SMS contenant des messages d’avertissement adressés à des femmes photographiées sans voile dans leur voiture » ont été envoyés, « 133 174 SMS ordonnant l’immobilisation (temporaire) du véhicule », alors que 2 000 voitures ont été « confisquées » et 4 000 « récidivistes » ont été « déférées à la justice ».

L’ONG affirme que des centaines de commerces ont été fermés pour n’avoir pas appliqué les lois sur le port obligatoire du voile, et des femmes se sont vu refuser l’accès au système éducatif, services bancaires, transports publics.

La Secrétaire Générale d’Amnesty International, Agnes Callamard, parle durant une conférence de presse à Jérusalem Est, le 1er février 2022. Photo Flash90

« La police des mœurs est de retour en Iran », a déploré Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International, la répression étant « renforcée par les technologies de surveillance de masse qui sont capables de révéler l’identité des femmes qui ne portent pas le voile dans leur voiture ou dans les lieux où elles circulent à pied ».

« La communauté internationale ne doit pas se contenter d’observer sans rien dire alors que les autorités iraniennes intensifient l’oppression à laquelle elles soumettent les femmes et les filles », a-t-elle affirmé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.