Rechercher

Mort d’une Iranienne : le chef de la « police des mœurs » de Téhéran suspendu – média

Un législateur iranien a publiquement pris position pour critiquer la conduite de la police de sécurité morale et met en doute son efficacité

Mahsa Amini, 22 ans, décédée après avoir été arrêtée par la police des mœurs iranienne. (Réseaux sociaux)
Mahsa Amini, 22 ans, décédée après avoir été arrêtée par la police des mœurs iranienne. (Réseaux sociaux)

Le chef de la « police des mœurs » de Téhéran aurait été suspendu dans le cadre d’une enquête ouverte à la suite du décès d’une jeune femme en garde à vue.

La colère de l’opinion publique s’est accrue depuis que les autorités ont annoncé vendredi la mort de Mahsa Amini, après son arrestation par l’unité de police pour ne pas avoir couvert correctement ses cheveux avec un foulard, ou hijab, qui est obligatoire pour les femmes en Iran.

Selon des informations iraniennes publiées lundi, le colonel Ahmed Mirzaei, chef de la police des mœurs de la région de Téhéran, a été suspendu après la mort de Mahsa Amini, 22 ans.

La police de Téhéran a démenti ces informations.

Amini est décédée à l’hôpital après trois jours de coma. La police affirme qu’elle est morte d’une crise cardiaque et nie qu’elle ait été maltraitée.

Mais sa famille affirme qu’elle n’avait jamais eu de problèmes cardiaques et qu’elle était « en parfaite santé ». Amjad Amini, son père, a également critiqué la « lenteur de la réaction » des services d’urgence, et pense « qu’elle a été transférée à l’hôpital tardivement. »

Le décès d’Amini intervient dans un contexte de controverse croissante, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Iran, sur la conduite de la police des mœurs, connue officiellement sous le nom de Gasht-e Ershad, ou « patrouille d’orientation ».

Un officier de police iranien levant une matraque pour disperser des manifestants lors d’une manifestation pour Mahsa Amini, une femme décédée après avoir été arrêtée à Téhéran le 19 septembre 2022. (Crédit : AFP)

Un législateur iranien a pris une rare position publique mardi pour critiquer la « police des mœurs » controversée, selon les médias locaux.

Jalal Rashidi Koochi, membre du Parlement, a déclaré à l’agence de presse ISNA que « Gasht-e Ershad est une erreur car elle n’a eu aucun résultat, si ce n’est des pertes et des dommages pour le pays », ajoutant que « le principal problème est que certaines personnes résistent à accepter la vérité ».

Koochi a remis en question l’efficacité de la politique actuelle de répression des infractions au règlement vestimentaire.

« Les personnes qui sont emmenées à ces cours explicatifs par la patrouille d’orientation prennent-elles conscience et se repentent-elles lorsqu’elles en sortent ? », a déclaré Koochi, selon l’ISNA.

Mardi, les Nations unies et plusieurs ONG ont dénoncé la mort en détention d’Amini ainsi que la répression violente des manifestations liées à sa mort.

L’organisation de défense des droits humains kurde Hengaw, basé en Norvège, a fait état de trois morts dans la province du Kurdistan. Selon l’organisation, 221 personnes ont été blessées et 250 ont été arrêtées dans cette région du Kurdistan.

Deux de ces meurtres ont eu lieu à Saqez, la ville natale d’Amini. Les autres manifestants ont été tués dans les villes de Divandarreh et Dehgolan, selon le groupe. Le groupe a également fait état de 75 personnes blessées et d’au moins 250 arrestations dans plusieurs villes.

L’organisation de défense des droits a publié des vidéos et des photos montrant, selon elle, des morts, des blessés et des arrestations au cours de la troisième journée de manifestations dans les villes kurdes de l’ouest de l’Iran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...