Hitler et Mein Kampf au programme de la formation de la police du Kentucky
Rechercher

Hitler et Mein Kampf au programme de la formation de la police du Kentucky

L'Etat a affirmé que ces supports de formation ne sont plus utilisés depuis 2013 ; un membre du Congrès dénonce "une culture empoisonnée" qui a provoqué la mort d'innocents

Des gens tentent d'éteindre des voitures en feu lors d'une manifestation contre la mort de George Floyd à Minneapolis, Minnesota, le 29 mai 2020. (Crédit : AP / John Minchillo)
Des gens tentent d'éteindre des voitures en feu lors d'une manifestation contre la mort de George Floyd à Minneapolis, Minnesota, le 29 mai 2020. (Crédit : AP / John Minchillo)

JTA – Un reportage réalisé par des lycéens de Louisville, dans le Kentucky, a attiré l’attention de tout le pays sur des supports de formation de la police locale qui évoquent Adolf Hitler avec admiration.

Hitler a été la personne la plus citée lors d’une présentation de formation de la police de l’État du Kentucky qui encourageait les officiers à être des « tueurs impitoyables », selon le reportage paru vendredi dans le Manual Redeye, le journal du lycée DuPont Manual de Louisville. La présentation cite « Mein Kampf » et comporte des liens vers la page d’Hitler sur un site de réseau social sur les livres, selon le reportage.

Satchel et Cooper Walton, deux frères étudiants en journalisme, ont obtenu cette présentation grâce à un associé d’un cabinet d’avocats qui avait réclamé les supports de formation dans le cadre de son travail sur une affaire liée à un meurtre de la police en 2018.

Le reportage a rapidement attiré l’attention de la presse nationale et a permis de clarifier que cette présentation n’avait pas été utilisée depuis 2013. Il a également suscité la condamnation de hauts responsables de l’État du Kentucky et de dirigeants juifs.

« Je suis en colère. En tant que citoyen du Kentucky, je suis en colère et je suis gêné. Et en tant que Juif américain, je suis sincèrement troublé qu’il y ait des gens comme ça qui, non seulement marchent parmi nous, mais qui ont été chargés de nous protéger. Il faut qu’il y ait des conséquences », a tweeté John Yarmuth, représentant démocrate de Louisville au Congrès. Dans un second tweet, il a parlé d’une présentation reflétait « une culture empoisonnée qui a provoqué le harcèlement et la mort de trop de personnes innocentes ».

Louisville a été au cœur des protestations nationales contre les meurtres par la police cette année, après que des officiers ont tiré sur Breonna Taylor et l’ont tuée en mars lors d’une descente de nuit ratée dans son appartement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...