Hollande appelle « à l’apaisement, au calme, au respect des principes » sur le mont du Temple
Rechercher

Hollande appelle « à l’apaisement, au calme, au respect des principes » sur le mont du Temple

Le chef d'Etat français s'est entretenu avec le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas

Le président français François Hollande (à droite) serre la main du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, après une conférence de presse à l'Elysée à Paris le 22 septembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK)
Le président français François Hollande (à droite) serre la main du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, après une conférence de presse à l'Elysée à Paris le 22 septembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK)

Le président français François Hollande a appelé mardi, à l’issue d’un entretien avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à « l’apaisement, au calme, au respect des principes » après plusieurs jours d’affrontements violents autour du mont du Temple à Jérusalem.

« Nous appelons à l’apaisement au calme et au respect des principes », a déclaré le chef de l’Etat. « J’ai exprimé notre attachement à ce que rien ne soit remis en cause sur l’Esplanade des mosquées » a déclaré Hollande, faisant référence au « statu quo de 1967 ».

Quant à lui, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a mis en garde mardi contre un « risque d’Intifada » si les incidents sur le mont du Temple à Jérusalem se poursuivaient, à l’issue d’un entretien à Paris avec le chef de l’Etat français François Hollande.

« Ce qui se passe est extrêmement dangereux », a déclaré Abbas, exhortant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à « stopper » les troubles et mettant en garde contre « le chaos » et « une Intifada que nous ne voulons pas ».

Evoquant le processus de paix entre Israël et les Palestiniens, totalement gelé depuis l’échec de la médiation américaine au printemps 2014, Hollande a assuré que la France « se mobilisait » et allait tenter de pousser ses propositions de création d’un groupe international de soutien aux négociations, lors de l’Assemblée générale de l’Onu fin septembre.

Ce groupe, qui comprendrait les membres du Quartette (Etats-Unis, Russie, UE, ONU) et serait élargi aux pays arabes, doit « préparer la reprise du dialogue » entre Israéliens et Palestiniens, a déclaré M. Hollande.

« Les négociations sont la seule voie pour parvenir à la paix, nos mains sont toujours tendues », a renchéri Abbas.

Toutefois, l’initiative française se heurte à de nombreux obstacles, notamment l’opposition d’Israël et des Etats-Unis.

Paris, qui voulait au départ pousser une résolution à l’ONU fixant des paramètres et un calendrier pour les négociations, a pour le moment différé cette initiative, se contentant d’appeler à un groupe de soutien élargi au processus de paix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...