Identification du virus tuant un des poissons les plus élevés au monde
Rechercher

Identification du virus tuant un des poissons les plus élevés au monde

Le virus est responsable de l'hécatombe qui frappe l'aquaculture en Israël et menace une industrie de 7,5 milliards de dollars

Poissons préparés dans une usine de Ramlé. Illustration. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)
Poissons préparés dans une usine de Ramlé. Illustration. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

Une équipe internationale de scientifiques a identifié et décrit un nouveau virus responsable de l’hécatombe qui frappe l’aquaculture en Israël, en Equateur et en Colombie depuis plusieurs années et menace une industrie de 7,5 milliards de dollars dans le monde.

Cette avancée va permettre de développer les moyens de détecter le virus, appelé TiLV, et de le combattre avec un vaccin ou un antiviral, expliquent ces chercheurs dont les travaux sont parus mardi dans la revue américaine mBio publiée par l’American Society for Microbiology.

Depuis 2009, Israël a constaté une diminution brutale des tilapias dans les élevages allant jusqu’à 95 % par an, un phénomène surprenant pour ces poissons connus pour être relativement résistants aux infections virales. Un phénomène similaire a été observé dans les piscicultures notamment en Equateur et en Colombie.

Les scientifiques ont pu déterminer par le séquençage le code génétique du virus à partir des tissus prélevés sur des poissons morts en Israël et en Equateur.

Ils sont également parvenus grâce à la spectroscopie de masse à déterminer les caractéristiques des protéines dans les cellules du virus.

Les poissons n’ont pas les mêmes symptômes en Israël (inflammation du cerveau) qu’en Equateur (maladie de foie).

Ces chercheurs publieront également dans les prochaines semaines le lien entre le virus TiLV et une épizootie de la maladie en Colombie.

« Il semblerait que ce virus soit le plus proche d’une famille de virus de la grippe appelée orthomyxovirus mais nous comprenons encore mal sa biologie », a expliqué Nischay Mishra, virologue au centre de recherche sur les infections et l’immunité à la faculté de médecine Columbia à New York, un des principaux auteurs de cette découverte.

Le tilapia est une importante source bon marché de protéines et le second poisson d’élevage dans le monde. Il est de ce fait un important créateur d’emplois dans l’aquaculture des pays en développement en Asie, en Amérique Latine et au Proche-Orient.

Les Etats-Unis sont le premier importateur mondial de tilapia.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...