« Il faut tout faire pour arrêter ce massacre, » affirme Ayrault au sujet d’Alep
Rechercher

« Il faut tout faire pour arrêter ce massacre, » affirme Ayrault au sujet d’Alep

Les affrontements ont repris à Alep entre les forces du régime syrien et les rebelles après l'expiration de la trêve "humanitaire" de trois jours décrétée par Moscou

Jean-Marc Ayrault lors des cérémonies du 11 novembre 2012 (Crédit : Remi Jouan/Wikimedia Commons)
Jean-Marc Ayrault lors des cérémonies du 11 novembre 2012 (Crédit : Remi Jouan/Wikimedia Commons)

Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a appelé la communauté internationale à « tout faire » pour arrêter le « massacre » qui a repris en Syrie avec la fin de la trêve à Alep, au cours d’une visite à Gaziantep (sud-est de la Turquie).

« Nous sommes à 150 km, peut-être, pas plus loin, d’Alep. Et en ce moment les bombardements, les tirs d’artillerie continuent de détruire cette ville et de massacrer la population d’Alep », a déclaré M. Ayrault après être arrivé à Gaziantep, où il doit visiter un camp de réfugiés.

« Et si on veut que les Syriens réfugiés puissent un jour revenir dans leur pays, alors il faut tout faire pour arrêter ce massacre et reprendre le processus de négociations pour arriver à un accord politique », a-t-il ajouté.

« On ne peut pas arriver à une négociation sous les bombes », a souligné le ministre, « aujourd’hui, l’urgence reste toujours et encore l’arrêt des bombardements et l’accès de l’aide humanitaire ».

« La solution de la guerre totale n’est pas une solution », a dit M. Ayrault.

Les affrontements ont repris à Alep entre les forces du régime syrien et les rebelles après l’expiration de la trêve « humanitaire » de trois jours décrétée par la Russie, qui n’a pas permis d’évacuer des blessés des quartiers assiégés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...