Israël en guerre - Jour 148

Rechercher

« Il n’y a qu’un seul bon côté et c’est celui d’Israël » – sénateur américain Fetterman

Aux accusations de soutenir un "génocide", il répond qu'au lieu d'appeler à un cessez-le-feu, les manifestants devraient exiger le retour des otages et la reddition du Hamas

Le sénateur John Fetterman, D-Pa, tient un petit drapeau israélien alors qu'il se dirige vers la chambre pour un vote, au Capitole à Washington, le 25 janvier 2024. (Crédit : J. Scott Applewhite/AP)
Le sénateur John Fetterman, D-Pa, tient un petit drapeau israélien alors qu'il se dirige vers la chambre pour un vote, au Capitole à Washington, le 25 janvier 2024. (Crédit : J. Scott Applewhite/AP)

Le sénateur américain John Fetterman, un démocrate de Pennsylvanie qui a ouvertement soutenu Israël depuis le début de la guerre, a affirmé dimanche qu’il continuerait à soutenir Israël, malgré les attaques dont il a fait l’objet de la part de militants et de manifestants propalestiniens et anti-Israël au cours des derniers mois.

Fetterman a été harcelé à son domicile et à son bureau – orné de drapeaux israéliens et d’affiches d’otages détenus à Gaza – par des manifestants l’accusant, entre autres, de soutien au « génocide ».

Il a réagi en brandissant des drapeaux israéliens à de multiples reprises.

« Être du bon côté a été incroyablement facile, et je suis convaincu qu’Israël est du bon côté », a-t-il déclaré à la Douzième chaîne.

« C’est mon travail en tant que sénateur de me positionner du bon côté sur toute question. Et après ce qui s’est passé, en particulier après le 7 octobre, il n’y a vraiment qu’un seul bon côté et c’est celui d’Israël », a-t-il affirmé en réponse à une question sur la manière dont il a géré les manifestations.

Le sénateur a rencontré à plusieurs reprises des familles d’otages à Gaza et s’est dit « époustouflé » par leur « grâce et leur sang-froid », au vu des événements horribles du 7 octobre.

« J’ai eu du mal à rester maître de moi, parce que j’ai trois jeunes enfants… et je ne peux pas m’imaginer ce qui se serait passé s’ils avaient été là », a-t-il déclaré.

Aux voix qui réclament un cessez-le-feu après quatre mois de guerre, il répond : « Si vous allez manifester pour demander un cessez-le-feu, pourquoi ne demandez-vous pas plutôt que les otages soient libérés et pourquoi n’exigez-vous pas que le (groupe terroriste palestinien du) Hamas se rende ? »

« Les morts, les traumatismes et les dégâts cesseraient à ce moment-là. Tant que le Hamas ne sera pas effectivement neutralisé, tant que tous les otages n’auront pas été ramenés chez eux, il me sera impossible de soutenir un cessez-le-feu », a-t-il ajouté.

À la question de savoir si les prochaines élections présidentielles l’inquiétaient ou son avis sur le mécontentement croissant à l’égard du président américain Biden pour le soutien de ce dernier à Israël, Fetterman a répondu qu’il était « préoccupé par les élections, mais cela ne veut pas dire que je ne crois pas que le président Biden va gagner. Je crois vraiment qu’il va gagner ».

« C’est une passe difficile mais il a été capable de la gérer également », a-t-il précisé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.