Ils s’organisent contre la semaine de l’apartheid sur les campus
Rechercher

Ils s’organisent contre la semaine de l’apartheid sur les campus

Pour combattre le flux des clichés anti-Israël véhiculés sur les réseaux sociaux, d'autres groupes militants font le pari de la ré-information, à l'instar du groupe 'Israel Apartheid ?'

Des groupes militants comme 'Israel Apartheid ?' veulent montrer une image positive d'Israël face à la propagande anti-israélienne. Ici, un Juif et une Arabe travaillant ensemble dans un hôpital. (Crédit: Israel Apartheid ?/Facebook)
Des groupes militants comme 'Israel Apartheid ?' veulent montrer une image positive d'Israël face à la propagande anti-israélienne. Ici, un Juif et une Arabe travaillant ensemble dans un hôpital. (Crédit: Israel Apartheid ?/Facebook)

L’Israel Apartheid Week est un mouvement qui organise des événements dans une cinquantaine de pays et qui a pour but, rappelle la Dépêche, citant le site de l’IAW, de « sensibiliser l’opinion sur le système d’apartheid d’Israël contre le peuple palestinien ».

Le but de ces événements est aussi de « renforcer l’adhésion au mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) ». Selon le site, ce genre d’événements se tient dans 225 villes à travers le monde. Il prévoit de célébrer cette année les 100 ans de la « résistance » palestinienne « depuis l’acceptation de la Déclaration Balfour ».

Pour faire face à cette déferlante, qui trouve son pendant sur les réseaux sociaux, certains groupes militants s’organisent, à l’instar de « Israel Apartheid ?« .

Derrière cette interrogation, les militants veulent répondre aux attaques les plus couramment formulées contre Israël en termes d’apartheid.

Le « choc des photos » étant souvent plus démonstratif que le « poids des mots », il poste régulièrement sur leur page Facebook les images d’un Israël pluriel souvent ignoré par ses détracteurs : une femme voilée assistant un médecin israélien, les plages de Tel Aviv où Juifs et Arabes se baignent ensemble, d’autres images venant contredire la « férocité » des soldats israéliens envers les enfants de Gaza.

Ce groupe militant rejoint en cela l’action de son « grand frère » StandWithUs, de BDSFail ou de We Are The Jew, et d’une foule d’autres groupes, comprenant les non-Juifs de Christians United for Israel – UK, ou les francophones d’Avec Israël 100% sioniste, qui veulent combattre pied à pied les discours anti-israélien sur internet.

De son côté, l’ambassadrice d’Israël en France, Aliza Bin-Noun a écrit aux maires de neuf villes à travers la France pour leur demander d’annuler les manifestations organisées par le mouvement pro-palestinien de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), a annoncé vendredi le ministère des Affaires étrangères.

Bin-Noun a indiqué que ces événements sont susceptibles de troubler l’ordre public et d’inciter à la haine et à la violence contre Israël et la communauté juive, tout en rappelant l’aspect illégal des appels au boycott.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...