Industries aérospatiales : des activités “irrégulières” avaient déclenché une enquête interne
Rechercher

Industries aérospatiales : des activités “irrégulières” avaient déclenché une enquête interne

Les conclusions de l’enquête sur des comportements suspects ont été transmises aux forces de l’ordre avant l’arrestation de 13 personnes mercredi

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le siège de l'unité Lahav 433 de lutte contre la corruption de la police israélienne, à Lod, le 8 novembre 2013. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)
Le siège de l'unité Lahav 433 de lutte contre la corruption de la police israélienne, à Lod, le 8 novembre 2013. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Les Industries aérospatiales israéliennes (IAI) ont déclaré mercredi avoir mené leur propre enquête interne sur un certain nombre d’activités « irrégulières » avant que la police ne mène une opération matinale qui a entrainé l’arrestation de 13 personnes chez le sous-traitant militaire.

Les IAI, qui sont au centre d’une large enquête pour corruption, ont déclaré avoir placé des ressources substantielles pour éliminer tous les suspects de l’entreprise.

« Sur ordre du directeur exécutif et du conseil d’administration [des IAI], l’entreprise a agi pour vérifier et gérer plusieurs suspicions, avec une approche de tolérance zéro face à ce comportement inacceptable », a déclaré la société mercredi dans un communiqué.

Les IAI ont indiqué que les conclusions de l’enquête avaient été soumises aux forces de l’ordre.

A drone manufactured by Israel Aerospace Industries (photo credit: Yossi Zeliger/Flash90)
Un drone des Industries aérospatiales israéliennes. Illustration. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Ce communiqué a été publié quelques heures après que la police a indiqué que 13 personnes, dont un ancien général de l’armée israélienne, avaient été arrêtées dans le cadre d’une enquête sous couverture de plusieurs mois sur une « vaste corruption » au sein de l’entreprise.

La société est la plus grande entreprise aérospatiale et militaire du pays. Elle développe notamment des armes et des systèmes intégrés dans les avions de chasse. Sa valeur est estimée à 18,3 milliards de shekels, et elle emploie 16 000 personnes.

L’entreprise a déclaré avoir ordonné « à tous les responsables concernés de coopérer pleinement et sans réserve avec la police et de procéder selon ses instructions, afin de permettre une enquête complète et de présenter à la justice ceux qui ont commis des crimes. »

« Les IAI continueront à être la pierre angulaire de la sécurité et de l’économie d’Israël », pouvait-on lire dans le communiqué.

La société a précisé que les 13 suspects arrêtés mercredi ne représentaient qu’un faible pourcentage de la main-d’œuvre des IAI et ne « représentent pas les valeurs des directeurs et des employés des IAI. »

« Nous ne les laisserons pas ternir la contribution des IAI à la sécurité et à l’économie du pays », a affirmé l’entreprise.

L’ancien général arrêté dans cette affaire est Amal Asad, qui a servi 26 ans au sein de l’armée israélienne, d’abord dans des unités combattantes puis à la tête de l’unité de coordination et de liaison du Coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT).

Il est l’un des quelques Druzes israéliens à avoir obtenu le grade de général de l’armée israélienne, et est un personnage connu de l’establishment militaire. Il avait rejoint les IAI en 2012.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...