Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

Iran : nouveau procès pour Narges Mohammadi, prix Nobel de la paix

La militante va être jugée pour avoir accusé les forces de sécurité iraniennes d'agressions sexuelles sur des détenues

La militante iranienne Narges Mohammadi, sur une photo non datée et non localisée, distribuée par la "Fondation Narges Mohammadi" le 2 octobre 2023. (Crédit : Fondation Narges Mohammadi/AFP)
La militante iranienne Narges Mohammadi, sur une photo non datée et non localisée, distribuée par la "Fondation Narges Mohammadi" le 2 octobre 2023. (Crédit : Fondation Narges Mohammadi/AFP)

Narges Mohammadi, militante iranienne pour les droits des femmes, lauréate du prix Nobel de la paix 2023 et emprisonnée dans son pays, va être jugée pour avoir accusé les forces de sécurité iraniennes d’agressions sexuelles sur des détenues, a indiqué samedi sa famille.

Le procès, qui doit s’ouvrir dimanche, est lié à un message audio qu’elle a partagé en avril avec ses partisans depuis la prison où elle est incarcérée depuis fin 2021, dans lequel elle dénonçait une « guerre à grande échelle contre les femmes » dans la République islamique.

L’accusation lui reproche de faire de la « propagande contre le régime ». Les autorités judiciaires iraniennes n’ont fait aucun commentaire sur cette affaire.

Citée par sa famille, Mme Mohammadi a indiqué que le procès devrait être ouvert au public pour que « les témoins et les survivantes puissent témoigner des agressions sexuelles commises par le régime de la République islamique à l’encontre des femmes » dans les prisons iraniennes.

Dans son message, la militante et journaliste détenue à la prison d’Evine, à Téhéran, a exhorté les femmes iraniennes à partager les faits concernant leurs arrestations et agressions sexuelles par les autorités sur son compte Instagram.

Elle a cité le cas de Dina Ghalibaf, journaliste et étudiante qui, selon des ONG, a été arrêtée après avoir accusé sur les réseaux sociaux les forces de sécurité de lui avoir passé les menottes et de l’avoir agressée sexuellement lors d’une précédente arrestation dans le métro. Mme Ghalibaf a ensuite été libérée.

Illustration : des détenues iraniennes dans la section pour femmes de la prison d’Evin, à Téhéran, le 13 juin 2006. (Crédit : Atta KENARE/AFP)

Ces dernières semaines, les autorités iraniennes ont intensifié la répression contre les femmes en recourant notamment à la vidéosurveillance.

En Iran, les femmes sont tenues de respecter un code vestimentaire strict les obligeant entre autres à porter un voile dans les lieux publics depuis la Révolution islamique de 1979.

Emprisonnée depuis novembre 2021, Mme Mohammadi n’a pas vu son mari et ses enfants jumeaux qui vivent à Paris depuis plusieurs années. Elle a déclaré que le procès qui doit s’ouvrir dimanche sera le quatrième de ce type à son encontre.

Agée de 52 ans, la militante a été maintes fois condamnée et emprisonnée depuis 25 ans pour son engagement contre le voile obligatoire pour les femmes et contre la peine de mort.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.