Israël a temporairement bloqué l’accès à la Vieille Ville aux journalistes
Rechercher

Israël a temporairement bloqué l’accès à la Vieille Ville aux journalistes

La Foreign Press Association s’est plainte que la police leur ait interdit l’accès au mont du Temple, où de nouveaux équipements de sécurité ont été installés

Des fidèles musulmans prient devant la porte des Lions, à l'entrée du mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 20 juillet 2017. (Crédit : Miriam Alster)
Des fidèles musulmans prient devant la porte des Lions, à l'entrée du mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 20 juillet 2017. (Crédit : Miriam Alster)

Une organisation représentant des journalistes s’est plainte dimanche, après que la police a bloqué l’accès aux médias pendants quelques heures sur un lieu de tensions dans la Vieille Ville, indiquant que cela empiétait sur la liberté de la presse.

La Foreign Press Association, qui représente les journalistes des médias étrangers en Israël et dans les Territoires palestiniens, ont critiqué la « situation déplorable dans la Vieille Ville de Jérusalem, accessible aux touristes, mais interdite aux journalistes et photo-journalistes accrédités ».

Dans un communiqué, la FPA a indiqué que les forces de sécurité israéliennes ont interdit aux journalistes d’accéder aux zones d’affrontements dans la Vieille Ville durant le week-end.

Les journalistes n’ont pas eu le droit d’entrer via la route qui mène à la Porte des Lions, où des caméras de sécurité ont été installées pendant la nuit.

La police a répondu en disant qu’autoriser les journalistes à accéder à cette zone pourrait générer une crise sécuritaire ou porter atteinte à la sécurité du lieu.

Un porte-parole de la police du district de Jérusalem a déclaré au site d’informations Haaretz qu’il craignait que la présence des médias ne perturbe les fidèles où n’en dérange certains.

Dimanche dernier, Israël a installé des détecteurs de métaux sur le mont du Temple suite à une attaque qui a coûté la vie à deux policiers arabes israéliens, le 14 juillet dernier, après que les attaquants ont fait entrer clandestinement des armes sur place. Dans la nuit de samedi à dimanche, Israël a installé davantage d’équipement de sécurité aux différentes entrées vers le lieu saint.

Suite à l’attentat du 14 juillet, Israël a bouclé le site, connu chez les musulmans sous le nom de Haram al-Sharif (le Sanctuaire Noble) pendant 48 heures, le temps de chercher d’autres armes et a installé les détecteurs de métaux.

Trois palestiniens ont été tués au cours d’affrontements avec les forces de l’ordre israélienne vendredi durant des émeutes de protestation contre ces portiques de sécurité, et un quatrième a été tué samedi, quand le cocktail Molotov qu’il prévoyait de jeter sur les forces de l’ordre a explosé prématurément sur lui.

Vendredi soir, un terroriste palestinien a poignardé à mort trois israéliens en plein repas de Shabbat dans l’implantation de Halamish, en Cisjordanie.

Les dirigeants musulmans ont indiqué que les détecteurs de métaux marquent une rupture du statu quo en vigueur sur le site. Israël affirme que l’attentat du 14 juillet impose la mise en place de mesures de sécurité renforcées.

Le Waqf islamique, gardien jordanien du lieu saint, s’est opposé à la présence des détecteurs de métaux et a appelé les Palestiniens et les arabes israéliens à ne pas prier sur place.

Le Mont du Temple est le lieu le plus saint du judaïsme. Il accueillait le temple à l’époque de la Bible. C’est le troisième lieu saint de l’islam, connu sous le nom d’esplanade d’Al-Aqsa, lieu de l’ascension du prophète Mahomet vers les cieux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...