Israël allège les restrictions sur les Palestiniens pour le ramadan
Rechercher

Israël allège les restrictions sur les Palestiniens pour le ramadan

L'allègement des restrictions de mouvement concernent aussi les Palestiniens vivant à l'étranger

Des milliers de Palestiniens prient à l'extérieur de la mosquée d'Al-Aqsa, au sommet du mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, lors de la fête musulmane de l'Aïd Al-Adha en octobre 2014. (Crédit : Sliman Khader / FLASH90)
Des milliers de Palestiniens prient à l'extérieur de la mosquée d'Al-Aqsa, au sommet du mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, lors de la fête musulmane de l'Aïd Al-Adha en octobre 2014. (Crédit : Sliman Khader / FLASH90)

Israël a indiqué vendredi qu’il allait assouplir pendant le mois de jeûne musulman du ramadan les restrictions de mouvement appliquées aux Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza.

Pendant ce mois sacré pour les musulmans, qui débute dimanche ou lundi, jusqu’à 500 Gazaouis seront autorisés à assister à la prière du vendredi à la mosquée Al-Aqsa, située sur le mont du Temple et dont Israël contrôle l’accès.

En outre, 200 habitants de la bande de Gaza pourront rendre visite à leurs proches en Cisjordanie et 500 Palestiniens de ce territoire pourront faire de même dans l’enclave palestinienne, qui est séparée de la Cisjordanie par le territoire israélien.

L’Etat hébreu va aussi permettre à 300 Palestiniens vivant à l’étranger de se rendre dans la bande de Gaza, et à 500 Palestiniens de Cisjordanie de partir à l’étranger depuis l’aéroport de Tel-Aviv.

Ces mesures, similaires à celles prises les années précédentes, ont été annoncées par le COGAT, l’organe chargé de coordonner les activités israéliennes dans les Territoires palestiniens et désormais sous la direction d’Avigdor Liberman en tant que nouveau ministre de la Défense.

Avigdor Liberman, président du parti Yisrael Beytenu party, pendant la cérémonie de signature de l'accord de coalition avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à la Knesset, le 25 mai 2016. (Crédit : AFP Photo/Menahem Kahana)
Avigdor Liberman, président du parti Yisrael Beytenu party, pendant la cérémonie de signature de l’accord de coalition avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à la Knesset, le 25 mai 2016. (Crédit : AFP Photo/Menahem Kahana)

Le mont du Temple est un site sacré pour les musulmans comme pour les juifs.

Les parlementaires israéliens, qu’ils soient juifs ou musulmans, sont actuellement interdits d’accès dans ce haut lieu des tensions mais des députés arabes israéliens ont fait part de leur intention de s’y rendre pour prier durant le ramadan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...