Israël « brûle des villages palestiniens » : Un Démocrate revient sur ses propos
Rechercher

Israël « brûle des villages palestiniens » : Un Démocrate revient sur ses propos

Ro Khanna dit qu'il aurait dû "clarifier" qu'il faisait référence à des incidents où "des colons israéliens brûlent des vergers et des oliviers palestiniens"

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Depuis la gauche, le sénateur Richard Blumenthal (D-Conn.), le député Elijah Cummings (D-Md.), le député Ro Khanna (D-Calif.) et le sénateur Bernie Sanders (I-Vt.) s'adressent aux journalistes sur la colline du Capitole, le 10 janvier 2019. (AP/J. Scott Applewhite)
Depuis la gauche, le sénateur Richard Blumenthal (D-Conn.), le député Elijah Cummings (D-Md.), le député Ro Khanna (D-Calif.) et le sénateur Bernie Sanders (I-Vt.) s'adressent aux journalistes sur la colline du Capitole, le 10 janvier 2019. (AP/J. Scott Applewhite)

Un membre démocrate du Congrès a accusé vendredi Israël de « brûler des villages palestiniens », avant de revenir plus tard sur ce commentaire en indiquant qu’il faisait « référence aux colons israéliens qui ont brûlé des vergers palestiniens » et à l’armée israélienne « qui a démoli ou rasé au bulldozer des villages [palestiniens] ».

Le représentant Ro Khanna (CA-17) a affirmé dans une interview accordée vendredi à MSNBC que le président américain Joe Biden « remettrait à plat » les relations entre les États-Unis et Israël et demanderait à ce dernier de rendre davantage compte de son bilan en matière de droits de l’homme.

Biden, a-t-il dit, « va faire comprendre qu’Israël est un allié et l’a toujours été, mais qu’il doit reconnaître l’État palestinien, qu’il ne peut pas avoir de nouvelles implantations, qu’il ne peut pas brûler des villages palestiniens ».

« Les droits de l’homme seront pris en compte. Nous allons avoir une politique étrangère centrée sur les droits de l’homme », a ajouté le membre du Congrès.

Interrogé par Mehdi Hassan, de la chaîne de télévision, pour savoir si Biden allait réévaluer ses relations avec l’Arabie Saoudite, l’Iran ou Israël, Khanna a spéculé que ce serait le cas pour ces trois pays.

Israël a procédé à une démolition de village palestinien la semaine dernière, mais il affirme qu’il ne le fait que lorsqu’ils sont construits illégalement. Les Palestiniens affirment qu’Israël ne leur délivre pas suffisamment de permis ou ne légalise pas les villages existants comme il le fait avec les implantations dans la région.

Après avoir démenti l’accusation infondée d’Israël de « brûler » des villages, le bureau de Khanna n’a pas répondu dans un premier temps à une demande de commentaires sur la question. Mais dans un échange sur Twitter samedi, Khanna a déclaré qu’il « aurait dû préciser avec le temps que les colons israéliens brûlent des vergers et des oliviers palestiniens, alors que l’armée a rasé et démoli des maisons et des villages palestiniens ». Il a ajouté un lien vers un article publié en octobre sur un rapport de l’ONU à ce sujet.

Dans une réponse sur Twitter à cet article, Khanna a réitéré qu’il faisait spécifiquement « référence aux colons israéliens qui ont brûlé des vergers palestiniens et aux militaires qui ont démoli ou rasé des villages au bulldozer. En tant que personne qui soutient la relation entre les Etats-Unis et Israël, nous pouvons certainement convenir que les deux ont tort ».

Dans une déclaration ultérieure au Times of Israel, il a ajouté : « J’ai toujours été un fervent partisan des relations entre les États-Unis et Israël. J’ai voté pour condamner le mouvement BDS à la Chambre des représentants, en rupture avec d’autres progressistes, et j’ai coparrainé et voté le projet de loi sur l’aide à Israël pour une durée de 10 ans. J’ai travaillé avec le Consul général d’Israël à SF [San Francisco] pour renforcer la coopération économique entre Israël et la Silicon Valley.

« Je veux que notre relation soit fondée sur le pluralisme et les droits de l’homme. Je reconnais et j’apprécie les préoccupations d’Israël en matière de sécurité et la violence à laquelle il est confronté, mais je pense que nous devons œuvrer à la solution de deux États, à la fin des nouvelles implantations et à l’arrêt des démolitions. Mon espoir est le dialogue et la paix dans la région ».

Khanna est un membre progressiste du Congrès et a des liens étroits avec le sénateur Bernie Sanders. Bien que critique de la politique du gouvernement israélien, il n’est pas allé aussi loin qu’une poignée de collègues démocrates, qui soutiennent le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre Israël.

Mais il rejoint un nombre croissant de démocrates progressistes qui demandent aux États-Unis de tenir Israël davantage responsable de ce qu’ils considèrent être des violations des droits de l’homme, en particulier en Cisjordanie.

Des Bédouins palestiniens regardent les troupes israéliennes démolir des tentes et d’autres structures du village de Khirbet Humsa dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie, le 3 février 2021. (AP Photo / Majdi Mohammed)

La semaine dernière, le représentant Jamaal Bowman de New York a écrit une lettre au consul général par intérim d’Israël dans la ville, critiquant le gouvernement de ce dernier pour ne pas avoir fait plus pour vacciner les Palestiniens et comparant la situation à l’inégalité raciale aux États-Unis. Joaquin Castro, représentant principal de la Chambre, Marie Newman, nouvelle représentante, Tim Kaine, ancien candidat à la vice-présidence, et Rashida Tlaib ont également fait part de leurs préoccupations à ce sujet.

Biden a adopté une approche plus modérée à l’égard d’Israël, repoussant les efforts des démocrates progressistes durant la campagne pour inclure un langage plus critique à l’égard de l’État juif dans le programme du parti. Cependant, depuis son entrée à la Maison Blanche il y a 17 jours, il n’a toujours pas appelé le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le président américain n’a parlé à aucun dirigeant du Moyen-Orient depuis qu’il est devenu président. Netanyahu a été le premier des deux dirigeants de la région à recevoir un appel de Biden après sa victoire aux élections de novembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...