Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

Israël dit avoir frappé des milliers de cibles du Hezbollah en Syrie et au Liban

Le porte-parole de l'armée Daniel Hagari fait état de frappes contre "plus de 3 400 cibles du Hezbollah", ajotant que 200 "terroristes et commandants" ont aussi été tués

Le porte-parole de l'armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, donnant une conférence de presse, le 11 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Le porte-parole de l'armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, donnant une conférence de presse, le 11 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

L’armée israélienne a affirmé samedi avoir frappé des milliers de cibles du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah en Syrie et dans le sud du Liban depuis le début de la guerre en octobre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza.

« Nous avons attaqué des infrastructures du Hezbollah en Syrie » depuis le 7 octobre, a indiqué lors d’un point presse le porte-parole de l’armée Daniel Hagari. « Nous avons attaqué au sol et par voie aérienne plus de 50 cibles », a-t-il ajouté, alors que l’armée israélienne admet rarement ses opérations en Syrie.

Il a également fait état de frappes contre « plus de 3 400 cibles du Hezbollah dans tout le sud Liban », affirmant que 200 « terroristes et commandants » avaient été tués durant la même période.

Depuis l’attaque sans précédent du Hamas en Israël le 7 octobre, qui a déclenché la guerre à Gaza, les échanges de tirs sont constants entre Tsahal et le Hezbollah, allié de l’Iran, du dictateur syrien Bashar el-Assad et du Hamas.

La position du Hezbollah est qu’il tirera des roquettes sur Israël jusqu’à ce qu’il y ait un cessez-le-feu total à Gaza. Israël a déclaré qu’il poursuivrait son opération à Gaza jusqu’à ce qu’il mette fin à la domination du Hamas sur le territoire et ramène les 132 Israéliens qui y sont encore détenus, sur les 253 qui ont été pris en otage le 7 octobre.

Une colonne de fumée après un bombardement aérien israélien non loin du village de Zibqin, sur une photo prise depuis le village de Majdelzoun, dans le sud Liban le 28 janvier 2024 (Crédit : Kawnat Haju/AFP)

Les dirigeants politiques et militaires du pays ont déclaré à de multiples reprises que le Hezbollah devra retirer ses effectifs de la zone frontalière au nord du fleuve Litani, comme l’exige la résolution 1701 de l’ONU de 2006, et que cela se fera soit par la voie diplomatique, soit par la force.

Les chiffres communiqués par Tsahal au 100e jour de la guerre montrent qu’au cours des mois écoulés depuis le 7 octobre, plus de 2 000 projectiles ont été lancés par le Hezbollah et des groupes terroristes palestiniens le long de la frontière libanaise.

Six civils ont été tués du côté israélien, dont une septuagénaire et son fils, décédés cette semaine lorsqu’un missile antichar a frappé leur maison à Kfar Yuval. En plus des morts civiles, neuf soldats et réservistes de Tsahal ont également été tués.

Le Hezbollah a été beaucoup plus durement touché : 162 de ses terroristes ont été tués par Israël depuis le 8 octobre, principalement au Liban, mais aussi en Syrie. Au Liban, 20 autres membres de groupes terroristes distincts, un soldat libanais et au moins 19 civils, dont trois journalistes, ont été tués.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.