Rechercher

Israël et la Turquie signent un accord préliminaire sur l’aviation civile

L'accord final reflétera les modifications apportées aux procédures, aux lois et aux technologies de l'aviation, et actualiser le nombre de vols autorisés entre les deux pays

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Israël et la Turquie signent un accord-cadre sur l'aviation civile le 7 juillet 2022. (Crédit: Boaz Oppenheim, GPO)
Israël et la Turquie signent un accord-cadre sur l'aviation civile le 7 juillet 2022. (Crédit: Boaz Oppenheim, GPO)

Israël et la Turquie ont signé jeudi l’accord-cadre sur l’aviation civile, destiné à remplacer l’accord actuel datant de 1951.

Le Premier ministre Yair Lapid et le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu ont convenu le mois dernier d’œuvrer à la conclusion du nouvel accord lors de leurs récentes rencontres à Jérusalem et à Ankara, alors que les deux pays continuent de progresser régulièrement vers le rétablissement de relations diplomatiques complètes.

Irit Lillian, chargée d’affaires à Ankara, a déclaré au Times of Israel qu’il s’agit d’une « première étape » vers la signature de l’accord aérien complet.

« Nous avons terminé les discussions entre les deux pays et entre les deux autorités de l’aviation », a-t-elle expliqué. « Les deux gouvernements doivent maintenant terminer le processus selon leurs propres procédures, puis le document sera prêt pour la signature des ministres et entrera en vigueur. »

L’accord-cadre a été signé par Joel Feldschuh, le directeur général de l’autorité de l’aviation civile, au cours d’une cérémonie menée par vidéoconférence.

Lillian a souligné que la signature de jeudi est une étape importante, « car elle signifie que l’accord, à nos yeux, est fixé. »

L’accord final devrait refléter les modifications apportées aux procédures, aux lois et aux technologies de l’aviation, et actualiser le nombre de vols autorisés entre les deux pays.

Les détails de l’accord doivent maintenant passer par les processus d’approbation internes des deux pays, qui pourraient bien être bloqués en Israël en raison de la situation politique actuelle.

L’accord ne résout pas les désaccords qui empêchent les transporteurs israéliens de voler vers la Turquie.

Depuis 2007, les compagnies aériennes israéliennes n’ont pu desservir aucune destination en Turquie, car les autorités turques ont refusé de coopérer avec les exigences de sécurité particulières d’Israël.

« C’est une étape importante, mais il y a des détails supplémentaires qui doivent être réglés », a expliqué Lillian. Les autorités aériennes doivent se réunir à nouveau pour régler ces formalités, et les agences de sécurité israéliennes devront également les examiner.

L’accord aérien signé jeudi n’est pas une condition préalable au retour des transporteurs israéliens en Turquie, mais il facilite grandement le travail de recherche d’un accord de sécurité, a déclaré Lillian.

La dernière fois que les deux parties ont discuté d’un nouvel accord sur l’aviation civile remonte à 2013, mais ces pourparlers ont échoué.

Au cours de l’année et demie écoulée, Jérusalem et Ankara se sont efforcés de dépasser la crise des relations entre les deux parties, qui dure depuis des années. Les présidents Isaac Herzog et Lapid se sont rendus en Turquie cette année, et les hauts dirigeants israéliens se sont entretenus à plusieurs reprises avec le président Recep Tayyip Erdogan. Les deux parties se concentrent sur la signature d’une série d’accords dans le cadre de l’amélioration des relations bilatérales.

« Il s’agit d’une étape importante dans l’approfondissement et l’élargissement de la relation entre les deux pays », a déclaré Lillian.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...