Rechercher

Israël: légère baisse du salaire moyen, alors que l’économie se remet de la pandémie

Le salaire des travailleurs israéliens s'élève à 11 667 NIS par mois ; les employés du secteur de la high-tech gagnent environ 26 242 NIS

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Des Israéliens profitent du port de Tel Aviv le 7 septembre 2021. (Nati Shohat/Flash90)
Des Israéliens profitent du port de Tel Aviv le 7 septembre 2021. (Nati Shohat/Flash90)

Le salaire mensuel moyen des employés israéliens a légèrement baissé ces derniers mois à 11 667 NIS, contre 11 799 NIS en août et 11 772 NIS en juillet, alors que l’économie israélienne continue de se remettre de la pandémie de COVID-19.

Le Bureau central des statistiques (CBS) a déclaré jeudi que 3,6 millions d’Israéliens étaient employés en septembre 2021, le mois le plus récent pour lequel des données étaient disponibles (en hébreu).

Le secteur de la santé et des services sociaux employait le plus de personnes – plus de 505 000 en septembre – avec un salaire moyen de 9 338 NIS, suivi du secteur de l’éducation avec environ 499 000 travailleurs et un salaire moyen de 8 743 NIS.

Au sommet de l’échelle des salaires, le secteur technologique israélien, de réputation mondiale, a affiché des salaires mensuels moyens de 26 242 NIS dans une industrie de 349 000 personnes, soit une augmentation de 8 % par rapport à septembre 2020. Viennent ensuite les travailleurs du secteur de la fourniture d’électricité et d’eau et des services d’égouts, avec un salaire moyen de 20 530 NIS. Ce dernier emploie environ 31 000 personnes dans un secteur qui comprend des monopoles de marché.

Au bas de l’échelle des salaires, le salaire moyen des travailleurs de l’hôtellerie et de la restauration était de 5 416 NIS par mois. Le salaire minimum en Israël est de 5 300 NIS par mois, soit 29 NIS de l’heure, ce qui indique probablement que de nombreux travailleurs de l’hôtellerie ne sont pas employés à plein temps.

Le gouvernement a annoncé plus tôt ce mois-ci qu’il augmenterait progressivement le salaire minimum mensuel à 6 000 NIS, soit environ 33 NIS de l’heure d’ici 2025.

La reprise dans le secteur du tourisme a été très lente et continue d’être entravée par la pandémie.

Entre-temps, le taux de chômage a baissé. En octobre, le taux de chômage global était de 7 %, contre 7,9 % un mois plus tôt, selon le Bureau central des statistiques.

Selon les chiffres du CBS, 301 000 Israéliens étaient sans emploi en octobre, contre 338 000 en septembre.

Avant la pandémie, on estime que 150 000 Israéliens – soit 3,5 % – étaient au chômage. Le taux de chômage, à l’exclusion des personnes touchées par la pandémie, était de 5,6 % en octobre, contre 6,1 % en septembre.

Les chiffres globaux indiquent une tendance positive continue qui a débuté au cours de la seconde moitié de la pandémie.

La semaine dernière, l’OCDE a déclaré que l’économie israélienne avait fortement rebondi en 2021, citant la campagne de vaccination de rappel en cours dans le pays, la reprise du marché du travail et l’essor du secteur technologique local.

« L’activité économique a fortement rebondi en 2021 et le PIB devrait connaître une croissance robuste de 6,3 % en 2021, 4,9 % en 2022 et 4 % en 2023 », a déclaré l’OCDE dans son rapport sur les perspectives économiques de décembre 2021.

Le rapport indique que le gouvernement israélien a bénéficié d’une « forte croissance des recettes, tirée par une activité soutenue dans les secteurs de la haute technologie et de l’immobilier », ainsi que de la suppression progressive de la plupart des mesures de soutien d’urgence COVID-19, et que les autorités visent désormais un déficit budgétaire du gouvernement central de 3,9 % en 2022, contre environ 11,6 % en 2020.

L’organisation a prévu que le taux de chômage israélien restera au-dessus des niveaux pré-pandémiques jusqu’à la fin de 2023, ce qui affectera la croissance des salaires.

En juillet, le gouvernement a mis fin aux allocations de chômage pour la plupart des personnes de moins de 45 ans ayant perdu leur emploi en raison de la pandémie, à la suite d’une session houleuse de la Knesset.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...