Israël limite les approvisionnements de carburant – et d’électricité – à Gaza
Rechercher

Israël limite les approvisionnements de carburant – et d’électricité – à Gaza

Suite à des tirs de roquettes, les responsables ont réduit de moitié les livraisons de carburant approvisionnant la centrale électrique. Le Hamas nie être à l'origine de ces tirs

Des camions israéliens transportant du carburant diesel entrent au point de passage de Kerem Shalom, à la frontière entre Israël et Gaza, le jeudi 11 octobre 2018. ( Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
Des camions israéliens transportant du carburant diesel entrent au point de passage de Kerem Shalom, à la frontière entre Israël et Gaza, le jeudi 11 octobre 2018. ( Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

Israël a annoncé lundi avoir réduit les transports de carburant vers la centrale électrique de la bande de Gaza en riposte aux derniers tirs de roquettes émanant de l’enclave palestinienne.

Un communiqué du bureau de liaison avec les Palestiniens, au sein du ministère de la Défense, a indiqué que les approvisionnements en carburant envoyés via le poste-frontière de Kerem Shalom seraient réduits de moitié, une mesure entrant immédiatement en vigueur.

Le Coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) a ensuite précisé que cette réduction des livraisons avait été ordonnée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu qui occupe également le poste de ministre de la Défense.

Depuis le début des manifestations qui se transforment en émeutes la plupart du temps à la frontière de Gaza, Israël a pris par intermittence un certain nombre de mesures pour limiter les éclats de violences émanant de l’enclave côtière, notamment en fermant les postes-frontières, en cessant les approvisionnements en carburant et en réduisant la zone de pêche autorisée au large de la côte. Ces mesures prennent fin avec le retour au calme.

Un intercepteur du Dôme de fer explose dans l’air au-dessus de la ville de Sdérot, abattant apparemment une roquette en provenance de la bande de Gaza, le 25 août 2019 (Capture d’écran : Instagram)

L’annonce faite par le COGAT est survenue après le tir de trois roquettes vers le sud d’Israël, dimanche. Deux d’entre elles ont été interceptées par le système de défense anti-aérienne du Dôme de fer.

En riposte, l’armée de l’air israélienne a lancé une série de frappes, pendant la nuit, contre des cibles du nord de Gaza.

Le porte-parole du Hamas Abdel Latif al-Qanua a fustigé la décision d’Israël de limiter l’approvisionnement en carburant à Gaza, dans un contexte de recrudescence des violences.

Cette décision est une « punition collective » de la part d’Israël.

Cette réduction « contredit les accords avec Israël », a-t-il dit, en référence à un cessez-le-feu officieux négocié entre les deux partis après les derniers épisodes de violences.

Les autorités égyptiennes ont ensuite invité les chefs du Hamas au Caire pour négocier un retour au calme, a indiqué le radiodiffuseur public israélien Kan. Deux hauts-responsables du Hamas Rawhi Mushtaha et Tawfik Abu Naim, dirigeant la délégation qui quittera Gaza ce lundi, selon Kan. Une délégation du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien est également attendue au Caire dans les prochains jours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...