Israël n’a pas confirmé la levée du blocus de Gaza, annoncée par les Turcs
Rechercher

Israël n’a pas confirmé la levée du blocus de Gaza, annoncée par les Turcs

L’assistant d’Erdogan dit qu’une route maritime entre la partie turque de Chypre et l’enclave va être ouverte, dans le cadre de l’accord de rapprochement quasi finalisé avec Israël

Les forces navales de l'armée israélienne arrêtant les navires de la flottille d'aide pour Gaza en provenance de la Turquie en 2010 (Crédit : Moti Milrod / Pool / Flash90)
Les forces navales de l'armée israélienne arrêtant les navires de la flottille d'aide pour Gaza en provenance de la Turquie en 2010 (Crédit : Moti Milrod / Pool / Flash90)

Un conseiller supérieur du président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré jeudi qu’Israël avait accepté de lever complètement le blocus sur la bande de Gaza, dans le cadre des accords de normalisation des relations entre Jérusalem et Ankara, devant théoriquement être finalisés dans les semaines à venir.

Le conseiller, Arshad Hormuz, a déclaré à un organe de presse contrôlé par le Hamas qu’Israël a également accepté d’ouvrir la route maritime entre la partie turque de Chypre et Gaza. Le Hamas, qui est internationalement reconnu comme une organisation terroriste, contrôle Gaza depuis un coup d’Etat sanglant, en 2007.

Hormuz a ajouté que seuls des « détails techniques » doivent encore être réglés dans le cadre des accords prochains, d’après le site internet d’informations israélien Ynet.

Il n’y a eu aucune confirmation de cette déclaration de la part d’Israël. Israël maintient un blocus de sécurité sur Gaza pour empêcher le Hamas, qui de son propre aveu cherche à détruire l’Etat juif, d’importer des armes pour les utiliser contre Israël.

Plus tôt cette semaine, le porte-parole d’Erdogan a déclaré que la normalisation des relations entre Israël et la Turquie reposait sur l’établissement d’un accord sur l’aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Ibrahim Kalin a déclaré que la Turquie insiste sur la « restitution des conditions pour l’aide humanitaire à Gaza » et supporte un Etat palestinien indépendant « dont la capitale est Jérusalem-Est ».

Sa remarque a tranché avec la déclaration du ministre des Affaires étrangères turc, la semaine dernière, qui suggérait qu’un accord serait finalisé « très bientôt », à la suite d’une rencontre entre les représentants des deux pays, à Londres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...