Israël n’est pas contre le Liban et veut la paix, dit un ancien ministre
Rechercher

Israël n’est pas contre le Liban et veut la paix, dit un ancien ministre

Sejaan Azzi a affirmé que Jérusalem n'avait pas l'intention de s'emparer de la terre libanaise et cité la normalisation avec les EAU comme preuve de ses bonnes intentions

L'ancien ministre libanais Sejaan Azzi.
L'ancien ministre libanais Sejaan Azzi.

Un ancien ministre libanais a déclaré qu’Israël n’aspirait pas à annexer le territoire libanais et que l’État juif voulait la paix avec le Liban et le monde arabe en général.

« Je crois sincèrement, et je vous prie de croire que je suis honnête, qu’Israël ne complote pas pour occuper le Liban, ou pour étendre son propre territoire en annexant des zones du Liban », a déclaré Sejaan Azzi, ancien ministre du Travail, dans une interview accordée à l’agence de presse libanaise NBN, traduite mercredi par le Middle East Media Research Institute (MEMRI).

À la question de savoir pourquoi Israël a envahi le Liban en 1982 s’il n’avait pas vraiment d’aspirations territoriales, Azzi a répondu en évoquant les Palestiniens et leurs multiples conflits avec l’État juif.

« Les Palestiniens occupaient le pays quand Israël l’a envahi ! »

Israël a envahi le Liban en juin 1982 suite à des attaques répétées de l’Organisation de libération de la Palestine et d’autres groupes palestiniens émanant du territoire, bien que l’opération ait rapidement pris de l’ampleur puisque les forces israéliennes ont atteint Beyrouth. L’État juif a conservé la « ceinture de sécurité du Sud-Liban », constituée de quelque 10 % du territoire libanais, jusqu’à son retrait en 2000.

L’armée israélienne stationne près de la frontière entre Israël et le Liban dans le Golan, le 27 juillet 2020. (David Cohen/Flash90)

Azzi a déclaré que si l’armée libanaise avait été déployée dans le sud du pays, si le gouvernement libanais avait contrôlé les camps de réfugiés palestiniens sur son territoire, et si les Palestiniens n’avaient pas « créé un autre État et une autre armée à l’intérieur du Liban, Israël n’aurait pas envahi le Liban ».

Comme preuve qu’Israël n’a aucune aspiration pour le territoire libanais, Azzi a souligné les multiples guerres de l’État juif avec les pays voisins et ses gains territoriaux de la Jordanie, de l’Égypte et de la Syrie.

Israël, a déclaré Azzi, « n’a jamais annexé aucune terre libanaise ».

Des délégués des EAU saluent l’avion d’El Al au départ à la fin des pourparlers de normalisation entre Israël et les EAU, avec les États-Unis, à Abou Dhabi, le 1er septembre 2020. (Bureau du porte-parole d’El Al)

Lorsqu’on lui a demandé si Israël voulait faire la paix avec le Liban, Aziz a répondu par l’affirmative, soulignant l’annonce, le 13 août, de l’accord de paix EAU-Israël dans lequel les pays ont accepté d’établir des relations diplomatiques complètes.

« Si [Israël] veut faire la paix avec les EAU, qui sont loin d’ici, à quatre heures de vol, ne pensez-vous pas qu’il veut faire la paix avec le Liban et la Syrie ? »

Azzi a ajouté qu’Israël « aimerait faire la paix avec tous les pays arabes, y compris le Liban ».

Dans une référence apparente à l’état de guerre actuel entre le Liban et Israël et aux tensions récentes entre l’armée israélienne et le groupe terroriste du Hezbollah, Azzi a déclaré : « Même si le Hezbollah le veut… nous ne pouvons pas vivre en état de guerre permanent. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...