Israël paiera aux familles des Jordaniens tués 5 M de $ en réparation – médias
Rechercher

Israël paiera aux familles des Jordaniens tués 5 M de $ en réparation – médias

Le royaume a fait savoir que Jérusalem avait accepté de payer des indemnisations pour la mort de trois personnes afin de sortir de l'impasse diplomatique

Des manifestants jordaniens brandissent des drapeaux nationaux et scandent des slogans durant une manifestation à proximité de l'ambassade israélienne dans la capitale d'Amman, le 28 juillet 2017, appelant à la fermeture de l'ambassade, au renvoi de l'ambassadeur et à l'annulation du traité de paix de 1994 avec Israël. (Crédit : KHALIL MAZRAAWI/AFP)
Des manifestants jordaniens brandissent des drapeaux nationaux et scandent des slogans durant une manifestation à proximité de l'ambassade israélienne dans la capitale d'Amman, le 28 juillet 2017, appelant à la fermeture de l'ambassade, au renvoi de l'ambassadeur et à l'annulation du traité de paix de 1994 avec Israël. (Crédit : KHALIL MAZRAAWI/AFP)

Israël va indemniser les familles de deux personnes tuées par balles par un gardien de l’ambassade israélienne l’année dernière si qu’à celle d’un juge assassiné lors d’un incident en 2014 à hauteur de cinq millions de dollars, ont annoncé samedi des diplomates jordaniens au journal al-Rai.

Des responsables israéliens avaient antérieurement fait savoir qu’une somme dont le montant n’avait pas été précisé à ce moment-là serait versée au gouvernement jordanien et non aux familles. Le journal a annoncé que l’argent serait transféré par les responsables jordaniens à ces dernières.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre, le 25 juillet 2017, l’ambassadrice israélienne en Jordanie Einat Schlein et le garde de la sécurité ‘Ziv,’ qui a tué par arme à feu deux Jordaniens alors que l’un d’eux l’avait attaqué avec un tournevis. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait déclaré vendredi qu’Israël avait indemnisé le gouvernement jordanien, mais pas les familles du propriétaire et de l’employé qui étaient morts durant l’incident survenu à l’ambassade. Il n’avait pas précisé la somme exacte versée et ajouté que les relations bilatérales avaient repris leur cours.

Le bureau du Premier ministre avait confirmé jeudi être parvenu à trouver un accord avec la Jordanie concernant la mort des deux Jordaniens lors de la fusillade qui avait eu lieu à l’ambassade israélienne au mois de juillet à Amman et la mort d’un magistrat lors d’un incident séparé en 2014.

Il avait déclaré que l’ambassade, qui avait été fermée suite à cette fusillade au mois de juillet dernier, rouvrirait « immédiatement » ses portes.

Le gardien Ziv Moyal avait tué deux Jordaniens avec son arme à feu après l’agression présumée de l’un d’entre eux, ce qui avait entraîné une crise diplomatique entre Jérusalem et Amman et le retour en Israël de tout le personnel diplomatique, notamment celui de l’ambassadrice Einat Schlein.

Un porte-parole du gouvernement jordanien a fait savoir qu’Israël acceptait de se conformer à toutes les conditions préalables établies par le royaume pour la reprise des relations diplomatiques entre les deux parties. Parmi ces dernières, une action en justice à l’encontre du gardien israélien accusé du meurtre des deux Jordaniens à l’ambassade et une indemnisation financière versée aux familles des victimes.

Pour sa part, le bureau du Premier ministre a émis une déclaration quelque peu divergente, disant que les autorités israéliennes prendraient « dans les prochaines semaines » une décision concernant la tenue éventuelle d’un procès du gardien, Moyal.

« Israël attache une grande importance à ses relations stratégiques avec la Jordanie et les deux pays agiront pour faire aller de l’avant leur coopération et pour renforcer le traité de paix qui les lie », a fait savoir le bureau dans un communiqué.

Dans le sillage immédiat de l’incident, la Jordanie avait brièvement refusé de laisser Moyal repartir en Israël ou de reconnaître son unité diplomatique. Il avait pourtant quitté le pays vingt-quatre heures après en compagnie de tout le personnel de l’ambassade.

Netanyahu avait été critiqué pour sa gestion de l’incident après que son bureau a rendu public une séquence le montrant rencontrant et saluant Moyal avant que les enquêteurs n’aient déterminé ce qui était arrivé durant l’incident.

Alexander Fullbright et Dov Lieber ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...