Israël restitue par erreur le corps d’un Palestinien abattu
Rechercher

Israël restitue par erreur le corps d’un Palestinien abattu

Le ministère palestinien de la Santé avait précisé que l'assaillant abattu était Ibrahim al-Gharooz, 45 ans, du camp de réfugiés d'Al-Arroub

Une hache et un cutter découverts par la police sur deux adolescents palestiniens à Jérusalem-Est, le mardi 27 octobre 2015 (Crédit : Police israélienne)
Une hache et un cutter découverts par la police sur deux adolescents palestiniens à Jérusalem-Est, le mardi 27 octobre 2015 (Crédit : Police israélienne)

L’armée israélienne a restitué vendredi « à la suite d’un malentendu » le corps d’un Palestinien abattu jeudi après avoir attaqué un soldat à la hache en Cisjordanie, a annoncé une porte-parole de l’armée.

« Le corps de ce Palestinien a été restitué à la suite d’un malentendu qui va faire l’objet d’une enquête », a affirmé à l’AFP la porte-parole. Selon elle, la politique concernant la restitution des corps des Palestiniens tués « est fixée en fonction des directives du gouvernement ».

Selon la radio publique, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a donné il y a deux semaines et demi comme instruction au ministre de la Défense Moshe Yaalon de ne plus restituer les corps des Palestiniens tués en Cisjordanie afin d’éviter que leurs enterrements dégénèrent en manifestations.

Le Palestinien tué jeudi avait attaqué à la hache un soldat israélien près de Hébron en Cisjordanie avant d’être abattu par d’autres militaires, selon l’armée.

Le ministère palestinien de la Santé avait précisé que l’assaillant abattu était Ibrahim al-Gharooz, 45 ans, du camp de réfugiés d’Al-Arroub.

Le refus d’Israël de restituer des dépouilles de terroristes palestiniens abattus par les forces israéliennes ajoute au ressentiment des Palestiniens.

Les responsables israéliens sont divisés sur le bien-fondé de ces confiscations.

Les généraux passent pour être opposés aux confiscations, qui ajouteraient aux tensions. Depuis fin décembre, l’armée a restitué des dizaines de corps en Cisjordanie.

En revanche, le ministre de la Sécurité Intérieure Gilad Erdan, est partisan des confiscations.

La vague de violences qui secoue les Territoires palestiniens, Jérusalem et Israël depuis le 1er octobre a coûté la vie à 201 Palestiniens, 28 Israéliens, deux Américains, un Erythréen et un Soudanais, selon un décompte de l’AFP.

La plupart des Palestiniens morts sont des auteurs ou auteurs présumés d’attaques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...