Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Isrotel demande aux familles déplacées à Eilat de partir avant le 1er mars

Près de 600 personnes évacuées de Kiryat Shmona auraient reçu l'ordre de déménager ; la municipalité dénonce une tentative cynique de gagner plus d'argent à l'approche de Pessah

Illustration : Des Israéliens évacués des zones frontalières temporairement relogées dans un hôtel d'Eilat, le 17 octobre 2023. (Crédit : Aris Messinis/AFP)
Illustration : Des Israéliens évacués des zones frontalières temporairement relogées dans un hôtel d'Eilat, le 17 octobre 2023. (Crédit : Aris Messinis/AFP)

La chaîne hôtelière Isrotel aurait notifié aux familles déplacées par les combats dans le nord du pays qu’elles devaient quitter certains de ses hôtels d’Eilat, où elles ont été hébergées dans le cadre d’un programme d’évacuation financé par le gouvernement.

Les personnes évacuées ont jusqu’à la fin du mois de février pour déménager et se sont vu proposer des places dans d’autres hôtels de la chaîne à Eilat et ailleurs dans le pays, ont rapporté dimanche les médias israéliens.

Au cours des quatre derniers mois, Isrotel a accueilli des milliers de résidents de la ville frontalière de Kiryat Shmona qui ont été forcés de quitter leurs maisons en raison des attaques quotidiennes à la frontière et des tirs de roquettes des groupes terroristes au Liban, dirigés par le Hezbollah, un groupe terroriste chiite libanais soutenu par l’Iran.

Selon le site d’information Ynet, environ 600 habitants de Kiryat Shmona occupant 200 chambres d’hôtel à Eilat ont été priés de quitter les lieux.

La municipalité de Kiryat Shmona et son maire, Avichaï Stern, ont dénoncé cette mesure, estimant qu’elle porterait un coup aux familles qui se sont acclimatées à leur hôtel actuel après avoir été chassées de chez elles par les combats. La mairie a appelé les résidents à rester sur place et à refuser de quitter leur hôtel.

Les responsables de la ville de Kiryat Shmona ont imputé cette décision au fait que la chaîne hôtelière souhaiterait libérer de l’espace pour accueillir des clients payants à l’approche de la fête de Pessah, en avril.

Les forces de sécurité sur les lieux où une roquette tirée par les terroristes du Hezbollah au Liban a touché et blessé deux personnes dans la ville de Kiryat Shmona, au nord du pays, le 13 février 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

« Nos résidents n’ont pas l’intention de quitter les hôtels qui sont devenus un foyer et un pilier de stabilité pour eux et leurs enfants », a déclaré Stern à Ynet.

« Je veux que tous les Israéliens qui réservent une chambre dans un hôtel Isrotel à Eilat sachent que c’est à cause de cet hôtel qu’ils ont expulsé des personnes évacuées, des enfants, des personnes âgées et des familles », a-t-il ajouté.

Stern a accusé Isrotel d’avoir fait fortune grâce à de l’argent facile en accueillant des personnes évacuées et de leur tourner le dos maintenant que le tourisme reprend.

Il a affirmé que l’expulsion des personnes évacuées entraînerait le déracinement de centaines d’enfants des systèmes éducatifs dans lesquels ils se sont intégrés depuis leur évacuation de Kiryat Shmona.

Stern a ajouté que les résidents n’étaient prêts à quitter les hôtels que s’ils pouvaient retourner chez eux. Cependant, les escarmouches le long de la frontière avec le Liban et les attaques à la roquette se poursuivent.

Après que la chaîne hôtelière a informé jeudi les autorités municipales de Kiryat Shmona que leurs résidents devraient quitter les lieux, une réunion a eu lieu dimanche entre les représentants des communautés évacuées et les responsables d’Isrotel. Mais les discussions se sont terminées sans que les deux parties ne parviennent à un accord sur le sort des personnes évacuées.

Moshe Davidovich, chef du Conseil régional de Mateh Asher en Galilée occidentale, a déclaré à Ynet que les personnes évacuées du kibboutz Matzuva dans la région, qui sont hébergés dans un hôtel Isrotel dans la forêt du Carmel, ont également été informées qu’elles devaient quitter les lieux.

Davidovich a déclaré qu’il avait eu de « longues discussions » avec le ministre du Tourisme, Haïm Katz, et le directeur général du ministère, mais qu’en fin de compte, c’est au conseil municipal qu’il incombera de trouver une solution.

Des dégâts observés suite à une roquette lancée par le Hezbollah au Liban, à Kiryat Shmona, le 28 décembre 2023. (Crédit : Municipalité de Kiryat Shmona)

« Il s’agit d’un scandale, quel que soit l’angle sous lequel on le considère, et à mesure que nous nous rapprochons de la saison touristique, nous verrons cela dans de plus en plus d’hôtels », a déploré Davidovich. « Nous demandons au gouvernement de se réveiller. Les habitants du nord ne sont pas des marionnettes dans un spectacle. »

Allegra Peretz, qui a été évacuée de Kiryat Shmona avec ses enfants et qui a donné naissance à un quatrième enfant il y a deux semaines, a déclaré à Ynet qu’elle avait reçu un préavis d’une semaine pour quitter sa chambre d’hôtel car elle avait été réservée pour Pessah.

« Je ne peux pas tout emballer après quatre mois et déménager dans un autre hôtel, c’est comme emballer une maison entière », a-t-elle déploré. « Les enfants considèrent cet endroit comme une maison, nous avons une communauté et des institutions [éducatives] ici. Ils ne nous ont pas dit où ils voulaient que nous allions. Nous avons trouvé ici un endroit qui nous a apporté la paix, mais ils nous jettent à nouveau dehors. »

Golan Buchris, qui vit depuis trois mois avec sa famille à l’hôtel King Solomon d’Eilat, a déclaré que ce déménagement allait « saper le peu de stabilité émotionnelle que nous avons réussi à maintenir pour les enfants et les familles ».

« Cet endroit est devenu une maison pour nous au cours des derniers mois. Il n’est pas normal qu’ils veuillent nous déraciner à nouveau », s’est-il plaint. « Il y a des gens ici qui ont été déplacés d’un endroit à l’autre trois fois déjà. »

Des dégâts causés par des roquettes tirées du Liban, à Kiryat Shmona, dans le nord d’Israël, le 11 janvier 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Isrotel a déclaré dans un communiqué que depuis le 7 octobre, l’ensemble de ses 23 hôtels étaient à la disposition des personnes évacuées : « Nous sommes engagés envers nos employés et nos clients, et la chaîne reprendra ses activités normales le 1er mars. » Elle a ajouté qu’elle offrait aux personnes évacuées la possibilité de s’installer dans un autre de ses hôtels à Eilat, ou dans des établissements situés à Tel Aviv, Herzliya et sur les rives du lac de Tibériade.

Selon Ynet, les directeurs d’hôtels ont déclaré aux habitants de Kiryat Shmona que les personnes évacuées étaient devenues un fardeau, car les hôtels recevaient des appels de personnes souhaitant réserver des chambres.

Des dizaines de milliers d’habitants des communautés proches de la frontière de Gaza ont été déplacés depuis le 7 octobre, date à laquelle des milliers de terroristes dirigés par le Hamas ont pris d’assaut la frontière de Gaza, massacrant près de 1 200 personnes et prenant 253 otages.

Des dizaines d’autres communautés du nord du pays ont également été évacuées après le massacre, le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah ayant commencé à lancer des attaques quasi-quotidiennes depuis la frontière libanaise.

Au total, près de 200 000 personnes ont été évacuées au lendemain du 7 octobre et de la guerre qui a suivi. Quatre mois plus tard, on estime que 56 000 personnes évacuées sont toujours déplacées et vivent dans 380 hôtels en Israël.

Cette situation a conduit à des conditions de vie difficiles et, dans certains cas, à des comportements criminels.

Au début du mois, une experte en protection sociale a signalé des cas d’abus sexuels et physiques sur des femmes et des mineurs évacués dans des hôtels au début de la guerre, lors d’une session spéciale de la commission du Statut des femmes de la Knesset.

Un représentant de la police a déclaré à la commission que 116 dossiers avaient été ouverts concernant des personnes évacuées vivant dans des hôtels. De ce nombre, 40 sont des cas de violence domestique.

Dimanche, le bureau du Premier ministre et le ministère des Finances ont publié une déclaration commune indiquant qu’un accord avait été conclu avec les dirigeants municipaux du sud concernant un plan de retour dans les communautés évacuées depuis le début de la guerre.

Selon le communiqué, les habitants pourront retourner à Sderot et dans d’autres villes frontalières, en coordination avec l’approbation de l’armée israélienne, à partir du 1er mars.

Ceux qui préfèrent rester dans des hôtels peuvent bénéficier d’un financement pour leur hébergement jusqu’au 7 juillet, précise le communiqué.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.