Israël en guerre - Jour 283

Rechercher
"La marque 'Israël' a été endommagée"

Jacob Frenkel : l’abaissement de la note de Moody’s aura des « conséquences durables »

L'ex-gouverneur de la Banque centrale qualifie la dégradation de la note de crédit d'Israël "d'événement majeur"

Illustration : L’ex-gouverneur de la Banque centrale d’Israël, Jacob Frenkel, s’exprimant devant les caméras de la Douzième chaine, le 22 janvier 2023. (Crédit : Capture d’écran ; utilisée conformément à l’article 27a de la Loi sur les droits d’auteur)
Illustration : L’ex-gouverneur de la Banque centrale d’Israël, Jacob Frenkel, s’exprimant devant les caméras de la Douzième chaine, le 22 janvier 2023. (Crédit : Capture d’écran ; utilisée conformément à l’article 27a de la Loi sur les droits d’auteur)

L’ancien gouverneur de la Banque d’Israël, Jacob Frenkel, a déclaré dimanche que l’abaissement de la note de crédit d’Israël par Moody’s était un « événement majeur de grande ampleur qui aura des conséquences à long-terme ».

S’exprimant sur la Douzième chaîne, Frenkel a indiqué qu’une telle dégradation ne s’était « jamais produite » et qu’Israël s’était au fil des ans « battu pour améliorer la note ».

Il a rejeté la réaction des fonctionnaires israéliens à la dégradation de la note dans la nuit de vendredi à samedi comme étant politiquement motivée et a déclaré que « ce n’était pas une surprise, tout était écrit, ils nous ont donné suffisamment d’avertissements, mais, comme dans d’autres domaines [de la vie] en Israël, malheureusement, les avertissements ont été ignorés ».

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a déclaré samedi que la dégradation de la note de crédit d’Israël s’apparentait à un « manifeste politique », soutenant que la décision était liée à la guerre de Gaza et ne reposait pas sur un raisonnement économique solide.

« Nous avons eu beaucoup de guerres, et nous avons eu beaucoup de crises comme celles du COVID-19, la note de crédit n’a jamais baissé », a affirmé Frenkel, qui a été gouverneur de la Banque centrale de 1991 à 2000 et qui a remporté le Prix d’économie d’Israël en 2002.

« Le problème ici est que les dirigeants ne se sont pas préparés de manière adéquate à faire face à un choc de cette nature. Ils pensent que c’est ‘juste une guerre’ (…). Nous devons comprendre qu’il s’agit également d’un événement économique de premier ordre. Cela aura des conséquences sur chaque citoyen. »

« Nous ne pouvons pas l’ignorer. Nous devons prendre des mesures pour instaurer la confiance. La marque ‘Israël’ a été endommagée », a-t-il poursuivi.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.