« Je suis devenu fou » : Le père a avoué avoir poignardé sa petite fille à mort
Rechercher

« Je suis devenu fou » : Le père a avoué avoir poignardé sa petite fille à mort

Le suspect, accusé d'avoir poignardé sa femme et leurs deux filles, aurait déclaré ne pas être en mesure d'expliquer l'attaque ; les enquêteurs poursuivent l'enquête

La police sur les lieux de l’agression menée par un père de famille contre sa femme et ses filles, à Hod Hasharon, le 6 mars 2020. (Crédit : Roy Alima / Flash90)
La police sur les lieux de l’agression menée par un père de famille contre sa femme et ses filles, à Hod Hasharon, le 6 mars 2020. (Crédit : Roy Alima / Flash90)

Un Israélien soupçonné d’avoir poignardé à mort sa petite fille aurait reconnu le crime aux enquêteurs samedi.

Le suspect, âgé de 33 ans, habitant de Hod Hasharon, dans le centre d’Israël, a également grièvement blessé sa femme et sa fille de 3 ans par arme blanche avant de tenter de se suicider.

Il n’a pas été en mesure d’expliquer le motif de son meurtre survenu vendredi matin.

« Je suis devenu fou. Je ne me souviens pas de ce qui m’a pris. Je me souviens seulement avoir pris un couteau et commencé à poignarder tout le monde », a-t-il déclaré, selon la Douzième chaine.

« Pour l’instant, je ne sais pas comment l’expliquer », a-t-il déclaré.

La Treizième chaîne a rapporté que le suspect restait confus et ne cessait de pleurer.

Les enquêteurs estiment que le suspect leur cache des informations. Une équipe spéciale a été formée afin d’enquêter sur le meurtre. Avant l’agression, la famille était jugée normale et stable.

Les policiers patientent avant d’interroger la femme de l’homme, qui a été grièvement blessée lors de l’attaque, mais dont l’état s’est amélioré samedi. Ils prévoient également de parler à leur fille de trois ans.

Le suspect a quitté l’hôpital samedi et été transféré dans les locaux de la police pour être interrogé.

La police sur les lieux de l’agression menée par un père de famille contre sa femme et ses filles, à Hod Hasharon, le 6 mars 2020. (Crédit : Roy Alima / Flash90)

La mère se trouve dans un état grave mais stable à l’hôpital Beilinson et n’a plus besoin de respirateur.

La fillette de 3 ans reste dans un état grave à l’hôpital Meir à Kfar Saba. Elle se trouve toujours sous sédation et est raccordée à un respirateur.

Le père avait également été hospitalisé à l’hôpital Meir pour des blessures légères.

Selon le quotidien Haaretz, la famille vivait à proximité du domicile des parents de la femme. Ces derniers n’étaient pas chez eux au moment de l’attaque, mais la sœur de la femme l’était et a appelé la police lorsqu’elle a entendu des cris.

Les médias ont rapporté vendredi que l’homme avait déclaré à la police qu’il « voulait les tuer ».

Le maire de Hod Hasharon a déclaré que la famille était bien connue dans la ville et que l’agression était un choc pour tous.

En octobre dernier, le ministère des Affaires sociales a publié un rapport sur la violence entre partenaires en 2018. L’étude a constaté une augmentation du nombre des cas de violence domestique signalés.

Selon le ministère, le nombre de femmes appelant la hotline contre les abus a augmenté de 160 % entre 2014 et 2018, et plus de 6 000 victimes de violences domestiques ont reçu des soins l’année dernière. En 2018, 1 219 femmes ont appelé la hotline afin de signaler des cas de violence conjugale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...