Rechercher

Jérusalem-Est : 6 écoles perdent leurs licences pour « incitation à la violence »

Les établissements, désormais sous licence temporaire, ont un an pour rectifier leur programme qui fait "l’apologie des prisonniers et de leur lutte armée contre l'État d'Israël"

La ministre de l'Éducation, Yifat Shasha-Biton, assistant à une réunion de faction de son parti Tikva Hadasha à la Knesset, à Jérusalem, le 30 mai 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
La ministre de l'Éducation, Yifat Shasha-Biton, assistant à une réunion de faction de son parti Tikva Hadasha à la Knesset, à Jérusalem, le 30 mai 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La ministre de l’Éducation Yifat Shasha-Biton a annoncé jeudi qu’elle avait donné des instructions pour annuler les licences permanentes de six écoles de Jérusalem-Est en raison d’incitations contre Israël et l’armée israélienne.

Les écoles recevront une licence temporaire pour une durée d’un an, au cours duquel elles devront modifier leur programme d’enseignement au risque de perdre totalement leur licence d’exploitation.

Il a été constaté que les écoles utilisaient des manuels scolaires faisant « l’apologie des prisonniers et de leur lutte armée contre l’État d’Israël ; ces manuels comportent des théories de conspiration sur le refus de traitement des patients et les dommages intentionnels causés au personnel soignant, des accusations selon lesquelles Israël serait responsable de la crise de l’eau dans l’Autorité palestinienne et des affirmations graves sur les meurtres, les déplacements et les massacres militaires », a déclaré le ministère de l’Éducation dans un communiqué.

Les directeurs du collège Ibrahimieh et de cinq autres écoles gérées par l’organisation Al-Eman ont été convoqués pour une audition sur les manuels scolaires. Au total, ces écoles accueillent environ 2 000 élèves.

« L’incitation contre l’État d’Israël et les soldats de Tsahal dans les manuels scolaires est un phénomène intolérable qui sera traité avec sévérité », a déclaré Shasha-Biton.

Au début du mois, un lycée de Jérusalem-Est a suscité l’indignation après la diffusion d’une vidéo montrant une pièce de théâtre dans laquelle des élèves déguisés en hommes armés menacent d’autres étudiants habillés comme des Juifs orthodoxes, les yeux bandés et à genoux.

L’incident a eu lieu au lycée Anata de Jérusalem-Est, selon une information publiée mercredi par la Douzième chaîne.

Une vidéo de la pièce, vue à de multiples reprises, a été diffusée sur TikTok et est, depuis, devenue virale.

Le ministère de l’Éducation a réagi en condamnant l’incident, tout en précisant que l’école était sous contrôle administratif total de l’Autorité palestinienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...