Rechercher

Jérusalem-Est: des lycéens palestiniens « tuent » des Juifs dans une pièce de théâtre

Le député Itamar Ben Gvir assure que cela constitue une incitation à la haine contre lui et le ministère de l’Éducation ; l’école est sous supervision de l’Autorité palestinienne

Capture d’écran d’une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montrant des élèves de l’école secondaire pour garçons Anata de Jérusalem-Est, qui jouent dans une pièce avec des élèves déguisés en hommes armés qui "tirent" sur des élèves vêtus comme des juifs religieux, le 20 juillet 2022. (Crédit : Twitter)
Capture d’écran d’une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montrant des élèves de l’école secondaire pour garçons Anata de Jérusalem-Est, qui jouent dans une pièce avec des élèves déguisés en hommes armés qui "tirent" sur des élèves vêtus comme des juifs religieux, le 20 juillet 2022. (Crédit : Twitter)

Un lycée palestinien a soulevé l’indignation suite à la diffusion d’une vidéo donnant à voir des extraits d’une pièce de théâtre montée dans le cadre scolaire, dans laquelle des élèves déguisés en hommes armés menacent d’autres étudiants habillés comme des Juifs orthodoxes, les yeux bandés et à genoux.

L’incident a eu lieu au lycée Anata de Jérusalem-Est, selon une information publiée mercredi par la Douzième chaîne.

Une vidéo de la pièce, vue à de multiples reprises, a été diffusée sur TikTok et est, depuis, devenue virale.

Dans cette vidéo, la foule applaudit et agite des drapeaux palestiniens lorsque les lycéens pointent leur arme sur leurs camarades.

Le député israélien d’extrême droite, Itamar Ben Gvir, a déclaré que l’incident constituait une incitation à la haine dirigée contre lui, au motif que, selon lui, l’étudiant vêtu de vêtements religieux traditionnels, avec une kippa blanche, le représentait.

Ben Gvir arbore souvent une kippa blanche similaire.

« C’est une nouvelle incitation à la haine dirigée contre moi », a déclaré le député sur Twitter.

« On ‘me tue’ sous les applaudissements des professeurs et des élèves dans la salle. Cette incitation à la haine sauvage dans le cadre scolaire ne peut être laissée impunie. On commence par de l’incitation à la haine et on finit avec un meurtre. Ceux qui incitent à la haine et soutiennent le terrorisme doivent être tenus responsables. J’espère que la police va prendre les mesures qui s’imposent et arrêter les agitateurs. »

Le député du Parti sionise religieux Itamar Ben Gvir est bloqué par la police israélienne alors qu’il tente de monter sur le Mont du Temple dans la vieille ville de Jérusalem, le 8 juin 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/FLASH90)

Le ministère de l’Éducation a réagi en condamnant l’incident, tout en précisant que l’école était sous contrôle administratif total de l’Autorité palestinienne.

« Suite à la publication d’une vidéo donnant à voir des élèves de l’école de garçons d’Anata formés au terrorisme et au meurtre, le ministère de l’Éducation tient à préciser que l’école est sous l’entière responsabilité de l’Autorité palestinienne. Le ministère de l’Éducation n’est en aucun cas lié à l’école. Le ministère regrette que l’école éduque ses élèves à l’incitation à la haine et au terrorisme, au lieu de leur donner une véritable éducation. Le ministère remettra des documents aux organes compétents afin que soit mené un examen approfondi », peut-on lire dans un communiqué publié par le ministère.

Selon une information publiée ce mois-ci, un organisme de surveillance israélien a constaté que les manuels scolaires publiés par l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA, renfermaient toujours des incitations à la violence contre Israël et à la haine des Juifs, malgré les promesses faites pour supprimer ces contenus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...