Jon Bon Jovi, empathique, dédie sa chanson ‘We don’t run’ à Israël
Rechercher
Le groupe est arrivé sur scène quelques minutes après l'attaque terroriste de Jérusalem

Jon Bon Jovi, empathique, dédie sa chanson ‘We don’t run’ à Israël

Comblé, le rocker du New Jersey a reçu un accueil euphorique et a dit à son joueur au clavier de confession juive, 'ton père serait fier de toi'

Capture d’écran de Jon Bon Jovi à son concert donné en Israël le 3 octobre 2015
Capture d’écran de Jon Bon Jovi à son concert donné en Israël le 3 octobre 2015

Jon Bon jovi a démarré la première prestation de son groupe samedi soir en affirmant à 500 000 Israéliens enthousiastes, « J’ai attendu ça depuis longtemps ».

Il a souligné pendant le spectacle son empathie à l’égard d’Israël à travers une nouvelle chanson ‘We don’t run’ sortie un peu plus tôt cet été avec le commentaire « ceci devrait être la chanson de lutte pour Tel Aviv. »

Plus tard, pendant la prestation, le rocker, né au New Jersey, s’est adressé à son joueur au clavier le musicien David Bryan (Rashbaum) en déclarant » ton père serait fier de toi d’être en Israël. »

Probablement à l’insu du groupe, le concert a commencé quelques minutes après l’attaque terroriste de Jérusalem qui s’est déroulée à 60 kilomètres de là lorsqu’un terroriste palestinien a poignardé à mort deux Israéliens et en a blessé deux autres.

« Bonsoir Tel Aviv, Israël, êtes-vous prêt pour du rock’n roll, j’ai attendu ce moment depuis longtemps, » a hurlé Bon Jovi à ses fans au parc Hayarkon de Tel Aviv bondé avant de commencer avec la chanson ‘That’s what the water made me’.

« Nous sommes finalement là; cela nous a pris du temps et nous avons du chemin à faire ce soir, êtes-vous avec moi ? » a-t-il demandé à son public.

Avec 18 chansons programmées, les fans ont eu droit à quelques nouvelles chansons du groupe mais également à ses plus grands succès comme ‘You Give Love a Bad Name’, ‘It’s My Life’ et à la fin de cette longue playlist ‘Livin on a prayer’.

Le musicien de 53 ans était optimiste et énergétique tout au long du spectacle et a encouragé le public a applaudir et à chanter et à les faire chanter en solo sur le titre « Wanted Dead or Alive ». Il a présenté cette chanson en s’excusant, « y a-t-il des cow boys en Israël ? »

La décision de Bon Jovi de jouer en Israël avait incontestablement conduit à une pression de la part des activistes qui encouragent au boycott de l’État d’Israël et de la part de l’ancien rockeur anti-Israël, Roger Waters.

Waters et d’autres activistes du mouvement de Boycott de Divestment des Sanctions (BDS) ont pressé le groupe d’annuler le concert.

Arrivés vendredi en Israël, le groupe et son leader avaient été accueillis par des fans et avaient répondu brièvement à des journalistes en affirmant que lui, Bon Jovi et son groupe étaient ravis d’être finalement là – à leur dernière représentation de leur tournée mondiale 2015.

Quand on demande à Bon Jovi, pourquoi le groupe n’a jamais joué auparavant en Israël, Bon Jovi souligne en se moquant de son promoteur des tournées; ‘reprochez-le à Marcel, il n’a jamais voulu nous laisser venir ».

« Mais non, nous sommes contents d’être finalement là, c’est un endroit où j’ai toujours voulu venir et ceci était l’occasion idéale de finalement venir en Israel, » a affirmé Bon Jovi.

Il a affirmé qu’il espérait visiter Tel Aviv et Jérusalem pendant le séjour.

Parlant à la presse israélienne vendredi dernier, il a déclaré qu’il avait toujours entendu qu’Israël était un endroit merveilleux et était le berceau de toutes les religions.

« Je suis allé partout et Israël était le lieu que j’ai toujours voulu visité mais cela n’a jamais marché ». Cette fois-ci, j’ai insisté qu’Israël devait être sur notre liste et cela a eu lieu.

Soulignant le sentiment, il a conclu le spectacle de samedi en promettant, « je viendrai à n’importe quel moment. »

https://www.facebook.com/BonJovi.Israel/photos/a.165265363807447.1073741831.115103688823615/183053375361979/?type=3

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...