Khamenei appelle les Gardiens de la Révolution à créer plus « d’armes avancées »
Rechercher

Khamenei appelle les Gardiens de la Révolution à créer plus « d’armes avancées »

Le président iranien estime que les actions hostiles des États-Unis ont "accru la grandeur des Gardiens", mais que leurs forces armées doivent devenir plus autonomes

Le guide suprême iranien Ayatollah Ali Khamenei lors d'une rencontre à Téhéran en Iran, le 17  septembre 2019. (Bureau du Guide suprême iranien via AP)
Le guide suprême iranien Ayatollah Ali Khamenei lors d'une rencontre à Téhéran en Iran, le 17 septembre 2019. (Bureau du Guide suprême iranien via AP)

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a appelé dimanche les Gardiens de la Révolution à mettre au point plus « d’armes avancées et modernes », la République islamique étant en proie à des tensions croissantes avec les États-Unis et les pays arabes de la région.

S’exprimant lors d’une remise de diplômes aux cadets du corps militaire dans la capitale, Khamenei a déclaré qu’avant la Révolution islamique de 1979, « nous étions dépendants, en retard, et dépourvus de connaissances en matière d’équipement militaire ».

Mais aujourd’hui, « il faut développer et moderniser l’arsenal militaire du CGRI [Corps des Gardiens de la révolution islamique]. Vous devriez les inventer et les produire vous-mêmes ».

Et d’ajouter : « Avec leur attitude violente, agressive et hostile, les Américains ont accru la grandeur du CGRI. Les ennemis de Dieu font preuve d’hostilité à l’égard des serviteurs de Dieu, et cette hostilité rend ces serviteurs plus honorables et estimables. »

Des soldats iraniens pendant la parade militaire annuelle marquant le déclenchement de la guerre dévastatrice contre l’Irak de Saddam Hussein entre 1980 et 1988, à Téhéran, le 22 septembre 2017. (Crédit : AFP/str)

Les tensions ont augmenté dans la région depuis le péréclitement de l’accord sur le nucléaire iranien et le retrait des États-Unis.

Elles ont connu un regain ces derniers mois après une série d’attaques inexpliquées sur des pétroliers présents dans une voie maritime vitale pour le Golfe persique, lesquelles ont impliqué l’Iran et des puissances occidentales, ainsi que des attaques de drone sur des installations pétrolières saoudiennes.

Washington a accusé Téhéran d’avoir ciblé les navires par des mines et d’être à l’origine de l’attaque de drone, que l’Iran a fortement démentie.

En juin, l’Iran a également abattu un drone américain, une attaque à laquelle Trump voulait initialement répliquer avant de se rétracter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...