Khenin réclame une enquête suite au « meurtre » par la police du suspect de Jaffa
Rechercher

Khenin réclame une enquête suite au « meurtre » par la police du suspect de Jaffa

Une autre députée de la Liste arabe unie accuse les officiers d'avoir "exécuté" un homme arabe de 20 ans "de sang-froid"

Dov Khenin, le 2 mars 2015 (Crédit : Danielle Shitrit/Flash90)
Dov Khenin, le 2 mars 2015 (Crédit : Danielle Shitrit/Flash90)

Le député Dov Khenin de la Liste arabe unie a appelé durant la nuit de samedi à dimanche le procureur général Avichai Mandelblit à enquêter sur la fusillade mortelle d’un résident de Jaffa par la police, qui fuyait les lieux des tirs au port de la ville.

Khenin a déclaré qu’il avait contacté le procureur général à travers une requête visant à examiner l’incident.

« Il y a ce sentiment inquiétant que, en ce qui concerne les Arabes, la police semble toujours heureuse de déclencher des représailles », a-t-il déclaré.

Sa collègue, la députée controversée Hanin Zoabi, a accusé la police israélienne d’avoir « exécuté » le résident de Jaffa de « sang-froid ».

« La police a exécuté samedi un jeune homme à Jaffa âgé d’une vingtaine d’années et en a gravement blessé un autre, dans les premières heures du matin », a déclaré Zoabi dans un communiqué, ajoutant que les policiers ont ouvert le feu et ont tué l’homme « de sang-froid ».

Plus tôt ce samedi soir, la violence avait éclaté à Jaffa, pendant les funérailles du suspect.

Des centaines de personnes ont assisté au cortège funèbre du jeune homme de 22 ans, au cours duquel un journaliste de la Deuxième chaîne couvrant l’événement a été battu et son équipement de caméra détruit, alors même que les résidents avaient bloqué les routes. Des véhicules se sont retrouvés pris dans la mêlée des échauffourées.

Le journaliste la Deuxième chaîne, Gilad Shalmor, a été transféré à l’hôpital avec des blessures légères.

Selon la même chaîne, huit personnes auraient été arrêtées lors des funérailles.

La procession avait débuté depuis la maison des suspects décédés à Jaffa pour se diriger ensuite vers une mosquée de la rue Yefet, une des avenues principales de la ville, où les fidèles se sont recueillis avant de se rendre au cimetière pour l’enterrement.

La procession s’est transformée en manifestation de protestation pour la famille du suspect et les résidents contre la police israélienne. Des policiers ont été déployés sur le périmètre, tout en maintenant une distance avec les manifestants, selon plusieurs rapports provenant de médias israéliens.

Plus tôt dans la journée, des émeutes avaient éclaté dans la ville alors que les manifestants ont lancé des pierres et roulé des pneus brûlés vers les policiers au cours de l’incident. Au moins trois personnes ont été arrêtées pour interrogatoire, a déclaré la police.

La police a affirmé que les officiers ont ouvert le feu durant les premières heures de samedi sur deux hommes soupçonnés d’être impliqués dans un tir au port de Jaffa. Selon la police, les hommes ont tenté de fuir le lieu du tir sur des cyclomoteurs.

La Dixième Chaîne a précisé que les suspects avaient tiré sur la police pendant la poursuite. La police a déclaré quant à elle qu’une enquête sur l’incident a été ouverte.

Le policier qui a tiré sur les suspects a déclaré qu’il l’avait fait après qu’ils ont refusé de s’arrêter et que les coups de feu qu’il a tirés visaient la roue arrière du cyclomoteur.

Un avocat de la famille du suspect a déclaré à Ynet qu’il n’y avait aucune raison pour que la police « ait fait usage d’armes à feu, car il n’y avait aucun danger pour leur vie ».

Après les émeutes de samedi après-midi, des représentants de la police ont rencontré des dirigeants de la communauté à Jaffa, dans le but d’éviter d’autres affrontements violents.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...